Mercredi 5 décembre 3 05 /12 /Déc 20:00

 

4479664459 6d1765dbf6107

Ce matin là, lorsque Paul croisa son frère Stan dans la cuisine, il ne put s'empêcher de lui rappeler l'humiliation sexuelle qu'il lui avait fait subir la veille. Contre sa volonté, le caporal avait lâché à trois reprises son jus crémeux, deux fois  dans le cul serré de son  frère, et enfin dans sa bouche. Ce pd avait littéralement réussi à lui traire les couilles, jusqu'à l'épuisement !        
"Alors Frérot, tu t'es remis de la baise de l'autre jour ? Tu avais l'air de bien aimer ça, pour un macho de militaire"
"Tu as eu de la chance tarlouze ! Dans un combat à la loyal, tu ne durerais pas une minute contre moi ! " Stan empoigna fermement son frère par les épaules, et commença à le secouer violemment.
"Tu crois ça ?" répondit Paul. "Moi je crois surtout que je t'ai dominé parce que je n'ai pas mon cerveau à la place des couilles !"
"Pervers de suceur de queues" répliqua le militaire, rouge de colère.  "Fils à maman !"
Paul mit alors son ainé au défi  : "Si tu as les couilles, pourquoi est ce qu'on ne déciderait pas ici et maintenant qui est le patron ?  
"Qu'est ce que tu veux dire ?" Stan se méfiait, redoutant un piège.
"Exactement ce que j'ai dit. Montre moi ce que tu as dans le ventre."
"Mais maman est dans la pièce à côté, ce n'est pas le moment là, elle va nous entendre !" dit Stan, qui ne souhaitait pas être surpris à bastonner son frère.
"Celui qui appelle à l'aide a perdu"  répliqua Paul.    
"Tu rêves, je n'appellerai jamais qui que ce soit à l'aide..." répondit le caporal.
"Ok alors". Paul commença à déboutonner le treillis de son frère. Stan n'en crut pas ses yeux lorsque son cadet sortit sa queue et commença à la branler.     
"Mais qu'est ce que tu fous ?!?" s'exclama le militaire interloqué.
"C'est un cockfight gros con. Le premier qui crache son jus a perdu et devient l'esclave du vainqueur jusqu'à la fin de l'année" répondit Paul sans cesser de masturber son frère.  
"T'es vraiment malade ! Maman peut débarquer à tout moment, on se fera tuer si elle nous trouve comme ça !" objecta Stan
"Conneries, elle est pendue au téléphone avec la voisine, ça dure toujours des heures...Mais si tu as peur...Je ne serai pas surpris de voir Monsieur le caporal battre en retraite" dit le cadet en souriant.    

L'hétéro s'interrogeait. Il regarda la porte du salon. Sa mère  était en effet au téléphone...Mais est-ce qu'il ne risquait pas à nouveau de tomber dans un piège tendu par son pervers de frère ?  
"Ecoute, si maman débarque, je me collerai à toi et elle ne réalisera jamais ce que l'on est en train de faire" dit Paul pendant qu'il lubrifiait sa main avec du beurre qui trainait sur la table de la cuisine.
"Je ne crois pas que ce soit une bonne idée..." Stan hésitait toujours. 
"Assis-toi abruti !". Paul poussa son frère sur une chaise devant la porte. Il baissa le caleçon de Stan, mettant à l'air son paquet impressionnant. Puis toujours habillé, il s'assit à califourchon sur les genoux du militaire. Pour un obervateur peu attentionné, on aurait dit que les 2 frères avaient une conversation enjouée. Seul quelqu'un de très près pouvait voir que Paul tenait maintenant les deux bites dans sa main glissante.

Stan assistait, maintenant amusé, au manège de son frère. Sa queue de 21 cm éclipsait facilement la bite de 15 cm de son cadet. 
"Mais regarde toi ! C'est n'importe quoi ton truc. Je vais écraser ta petite tige en 30 secondes, et après je t'obligerai à me sucer - pour commencer"       

L'aîné avait tondu la pelouse juste avant de retrouver Paul, et sous le soleil d'été, ses 85 kilos de muscles s'étaient couverts de sueur. Paul sentait la chaleur qui émanait de ce corps imberbe et appréciait l'odeur de mâle qui remplissait ses narines. Le pd aligna les deux verges dans ses mains graisseuses.  Les tenant fermement, il commença à les branler en rythme. 

Stan sentit sa queue - déjà en format demi-molle - se contracter entre les doigts de son cadet. Il ne pouvait pas laisser ce merdeux le dominer si facilement.  
"Non, pas comme ça petit frère". Le caporal poussa les mains de Paul et referma ses propres mains - bien plus grandes - sur les deux queues qui durcissaient à vue d'oeil.
Le pd se pencha jusqu'à ce que leurs deux entrejambes se touchent. Frottant son aine contre celle de Stan, il commença un mouvement de va et vient entre les cuisses massives de son frère.   
Le caporal relâcha son emprise sur les deux bites et saisit instinctivement les hanches de Paul devenu une nouvelle fois son adversaire sexuel. 
"Oui, tu aimes ça n'est ce pas ?" susurra Paul. "Je vais te chevaucher sauvagement, mon bel étalon..."
"Va te faire foutre, je déteste ça, je ne suis pas un putain de gay"  siffla Stan. 
"Pas encore mon frère, mais bientôt..." pensa le cadet alors qu'il caressait de ses mains glissantes le torse sculpté de son aîné, et pressait habilement les couches de muscles de ses pectoraux.
"Mais tu as aimé quand je t'ai fait péter la rondelle pour la première fois non ?" dit Paul tout haut. "En fait, tu as gémis comme une pute bon marché...tu n'en avais jamais assez...toujours à réclamer..."  
Il posa sa tête sur l'une des épaules dégoulinantes de sueur de Stan. Le militaire sentit le souffle de son frère dans son cou. Paul fourrait maintenant son nez dans le cou du caporal, lui mordillant tendrement le lobe de l'oreille, le cou, le menton...Tout cela produisait des sensations étonnantes chez Stan, qui sentait sa libido s'activer. Ce pervers savait l'exciter !

"Ferme la et arrête ça !" le caporal essayait de repousser son frère alors que ce dernier commençait maintenant à lui masser les tétons, sachant que cela le pousserait encore plus loin dans le plaisir. En fait, il ne fallut pas longtemps avant que Paul sente les deux excroissances se gonfler fièrement au milieu des larges tâches brunes qui ornaient le centre des pectoraux de son frère.  

"Ahh...", contre sa volonté, Stan laissa échapper un gémissement, tandis ce que son frère pinçait les tétons entre ses doigts, activant habilement ces points sensibles. 

"Et tu as aimé ça quand je t'ai obligé à cracher ton sperme..." Paul continuait à torturer son frère avec des souvenirs excitants mais terriblement embarrassants pour la fierté du macho. La technique de Paul était éprouvée, et le self control de Stan semblait déjà faiblir : sa queue était désormais entièrement dressée, palpitant entre leurs deux corps réunis. Paul pressait ses pectoraux et son ventre contre ceux de son frère. Le caporal pouvait sentir les tétons de l'homo pointer sous son t shirt. Cela lui donna l'espoir de pouvoir faire jouir Paul avant lui cette fois-ci, mais il réalisa que ce dernier avait encore été le plus malin en gardant ses vêtement. A l'inverse, Stan était pratiquement nu, offrant tout son corps à cette invasion sexuelle. Malgré ses 18ans, Paul savait bien comment pousser un mec au bout de ses limites. Ses doigts experts montaient et descendaient le long de la colonne vertébrale de l'athlète.        
  
Mais la vraie bataille, c'est entre les deux entrejambes mêlées qu'elle se déroulait. 
Sans répit, Paul frottait sa bite, plus petite, contre le long bâton de son aîné. La verge impressionnante du caporal était faite pour forer les vagins. Elle remplissait facilement n'importe quelle fille pour la mener au plaisir dans une séquence sans fin d'orgasmes. Mais dans ce cas précis de défi sexuel entre mecs, Stan n'arrivait pas à dominer si rapidement la tige, petite mais habile, de son frère. Le gland gonflé attaquait sans relâche sa verge de 21 centimètres, qui ne pouvait pas s'échapper. Comme un piston, la queue de l'ado frappait le point sensible de la bite du militaire, sur le frenulum, juste sous son gland.     

De plus, le poids de Paul était suffisant pour réussir à coller la face supérieure de la queue de Stan contre son propre estomac, où elle se retrouvait prise dans les abdos magnifiquement découpés du militaire. Poussant et se déhanchant en rythme, Paul sentait le bâton de son aîné gonfler de plus en plus     

Dans une tentative désespérée, Stan passa ses mains sous le T-Shirt de son frère et essaya de lui manipuler les tétons à son tour.

"Oh oui mec, ne me laisse pas faire tout le boulot" rigola alors le pd. "Mais au moins fais-le bien !" Il leva alors son T-shirt et plaqua la tête de Stan contre sa poitrine. Avant qu'il ne puisse réagir, il se retrouva les lèvres sur les tétons de son petit frère. 
"C'est ça mec, suce les moi" ordonna Paul. "C'est ce que j'aime..."
"Mmmmppfhhh," ne put que répondre le militaire. 

En souriant, le frère gay glissa une main le long du dos de son frère jusqu'à atteindre son cul musclé. Paniqué, le militaire sentit des doigts se glisser dans la fente de ses fesses et commencer à se faufiler vers son anus. Stan décida alors de tout faire pour éviter de lâcher son sperme dans la cuisine de sa mère et de se faire ainsi une nouvelle fois humilier. Il cracha le téton de son frère de sa bouche. "ça suffit, j'arrête tout !!". Le caporal commença alors à se redresser et à repousser son adversaire. 
Mais quand il essaya de se lever finalement, il sentit le poids de son cadet peser tout entier sur son sexe. Et ce n'était plus seulement la queue de Paul, mais aussi les abdos du pd qui branlaient maintenant de haut en bas sa bite. La sensation était telle que Stan sentait littéralement ses couilles gonflées "pressées" par cette force voulant l'obliger à lâcher son sperme.     
"OOOOHHHH MEERDDEEE", un gémissement sortit de la gorge de l'hétéro dominé. Réussissant à peine à contrôler l'éjaculation imminente, Stan retomba lourdement sur sa chaise. 
Paul vit dans le regard effrayé de son frère ce qui venait de se passer. Il plaqua ses lèvres contre celles du militaire et sa langue envahit tous les recoins de la bouche du militaire. Pendant ce temps, ses doigts jouaient habilement avec le corps en sueur, stimulant tous les points sensibles.   

Stan savait qu'il perdait pied. Il était arrivé trop près du point de non retour pour s'en sortir. Son frère était sur lui, l'embrassant, le suçant, le léchant partout. Son corps demandait à être soulagé et il n'avait plus l'énergie de lui résister.  

Et ce qui devait arriver se produit. Stan sentit sa queue s'engourdir. Une explosion de plaisir surgit dans les entrailles de son corps. Le désir parcourait ses veines alors que son coeur résonnait comme un tambour dans ses tympans. L'impulsion sexuelle remonta le long de ses nerfs jusque dans les recoins de son corps qui convulsait. Ses muscles s'agitaient de manière incontrôlable.
L'hétéro entendait la voix de Paul que le narguait, profitant de sa faiblesse "'c'est ça frère, tu es prêt maintenant. Crache ton sperme chaud de miliaire".
Stan ouvrit grand les yeux. "Meeeerrrddddeeeeee" grogna t-il de désespoir. Il rejeta sa tête en arrière pour tenter de reprendre un peu d'air. 

A cet instant, il perdit réellement tout contrôle sur lui même, et sut qu'il ne pourrait pas éviter l'orgasme proche. Paul saisit l'opportunité quand il perçut l'ultime vibration parcourant le corps de son adversaire.  
Il attrapa la tête de son frère et l'obligea à regarder droit vers sa queue en pleine éruption. Le pd saisit alors le bâton du miliaire et l'orienta droit vers le haut. 

"Uuuuuuhh ...... uuurghh ......ahhhhhh," Stan cracha ainsi le premier jet de sa chaude semence droit dans sa face, son jus gluant recouvrant son nez, ses lèvres, jusqu'à couler sur son menton. 
La seconde giclée recouvrit ses pectoraux, et la troisième ses magnifiques abdos.

"C'est bien frère, tu as été un bon garçon", dit Paul, ironique, alors qu'il pompait le sexe toujours bandé de son frère pour en extraire les dernières gouttes.   
"AHHHHH", les mouvements persistants de Paul sur sa bite hyper sensible rendaient l'hétéro fou, entre plaisir intense et douleur. 
Sans le laisser récupérer, le cadet se leva face au militaire, toujours assis sur la chaise, mais désormais la face cramoisie et le torse brillant de foutre. L'athlète haletait toujours pour tenter de digérer le choc de cet orgasme si puissant.   

Avant que Stan ne réalise ce qui  se passait, Paul plaqua son paquet contre son visage, et lui introduisit sa queue dans la bouche. 
"Allez soldat, suce moi ça !" Ordonna le pd, qui se sentait lui aussi très proche de lâcher sa purée. 
"Mmmmphhhhh ..rrgh ..rrgh", le militaire geignit pendant que sa bouche et sa gorge s'emplissaient du jus chaud de l'ado qui l'avait dominé. Paul l'obligea bien sûr à avaler l'intégralité du contenu de ses couilles.    

"Je crois qu'on sait qui est le mâle dominant maintenant" dit Paul pour conclure ce deuxième épisode de bataille sexuelle. 
Par Weiduke - Publié dans : Baisé par son frère - Communauté : Roman gay Rose
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Calendrier

Juillet 2017
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31            
<< < > >>

Créer un Blog

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus