Dimanche 22 février 2015 7 22 /02 /Fév /2015 20:30


                                             Henri























Mouss


La défaite de Malik face à un homosexuel avait été un vrai choc pour le clan des machos des cités. Il fallait se rendre à l'évidence : le pd avait réussi à l'exciter bien mieux qu'une fille. Sa technique de masturbation s'était avérée imbattable. Les 3 machos se sentaient en danger : sur les 3 combats prévus, le premier était perdu, encore une défaite et ils seraient obligés d'avouer que ces homos avaient une force sexuelle bien supérieure à la leur.    


Malik était revenu à lui, et s'était essuyé le sperme qui le recouvrait quelques minutes plus tôt. Le rebeu bouillonnait de honte et de rage, il fallait montrer à ces homos ce que les mecs des cités pouvaient faire de leur bite ! 

Mouss fut choisi pour représenter les machos dans le deuxième défi. Filles comme mecs le reconnaissaient facilement : Mouss était LE prototype du beau mec. Plus d'1m90, tout en muscles, un dos et des épaules impressionnantes, le grand black dégageait une incroyable impression de solidité.  De virilité aussi...entre ses jambes, c'est un véritable boa que les 3 homos contemplaient, ébahis. Une telle taille au repos, c'était la promesse d'une érection dépassant les 25 cms ! Mouss était fier de montrer son corps, et il ne doutait pas de la victoire : sa longue queue, il la réservait aux dizaines de filles qu'il avait défoncées dans sa cité, et aussi aux petites bourgeoises fan de blacks qu'il aimait séduire. La main d'un mec ne risquait pas de l'exciter.

Face à Mouss, les homos devaient faire un choix. Sam avait remporté une belle victoire, deux combattants restaient maintenant : Henri et Chan. Le 1m65 de Chan ne le prédisposait pas à affronter Mouss, Henri fut donc choisi. Il était le bourgeois de la bande : étudiant dans une école de commerce près de Versailles, fils de bonne famille, la cité était vraiment un autre univers pour lui. Ses parents n'étaient d'ailleurs pas au courant de son homosexualité. Moins avantagé que Mouss, Henri n'en était pas moins une belle bête : un sexe large, même si sa longueur n'impressionnait pas, et une carrure de rugbyman. Les nombreuses heures passées presque chaque jour à la salle avaient porté leurs fruits... Le torse et les jambes velues, Henri était cependant loin du stéréotype de l'homo du marais, et affichait un look très hétéro.

Sur le papier, le combat entre Mouss et Henri était donc relativement équilibré. Les règles du jeu de ce deuxième défi étaient cependant un peu différentes. Il ne s'agissait plus de se branler simultanément mais d'exciter l'autre, à tour de rôle, en utilisant toutes les armes sauf la pénétration : massages, baisers, fellation...Toutes les 2 min, les rôles étaient échangés, et un des mecs devait accepter de se laisser aller, sans résister, à toutes les techniques de son adversaire. Mouss n'était pas favorable à cette idée au début, l'idée d'embrasser un homme le dégoûtant franchement. Mais il s'était finalement dit qu'utiliser son corps dans sa totalité, et pas juste sa main, assurerait encore mieux sa victoire contre les homos.    

Le tirage au sort désigna Henri comme le premier à être "actif" dans cette confrontation. Il approcha de Mouss et décida de s'attaquer à ses pectoraux pour le chauffer doucement. Il commença par les masser, mais ses deux grandes mains velues ne parvenaient pas à exciter Mouss, qui riait tant qu'il pouvait.

"Mais c'est quoi ces massages ? La plus nulle des dizaines de filles que j'ai connues ferait mieux ! " 

Cette réaction n'inquiéta pas trop Henri, il s'attendait à des débuts difficiles face à un adversaire de cette taille. Aussi, il remplaça le massage par de petits coups de langue circulaires sur les tétons de Mouss. Ce dernier continua à rigoler, mais Henri vit que sa technique produisait quelques résultats : au bout des 2 min, Mouss n'affichait certes pas une érection complète, mais une bonne demi molle commençait à se dessiner, et ses pectoraux paraissaient plus gonflés qu'avant. 

C'était maintenant au tour de Mouss de chauffer Henri. Contre toute attente, il choisit la méthode la plus soft possible. Il s'approcha d'Henri, le prit dans ses bras, et commença par l'embrasser doucement dans le cou, presque tendrement, en frottant le plus possible ses pectoraux contre ceux d'Henri. La réaction de ce dernier ne se fit pas attendre. Au bout de 15 secondes, Henri dressait fièrement son sexe, le gland gorgé de sang. Mouss connaissait le pouvoir des mots et les fantasmes de beaucoup de ces petits bourgeois gays, et il les utilisa pour pousser encore son avantage

"Alors mec, depuis le temps que tu me matais dans la salle, ça te te fait quoi d'avoir mes pecs contre toi ? Si j'en crois ta queue, tu en crevais d'envie non ?"
 
Et Henri devait se l'avouer, Mouss voyait juste, le beau black lui faisait bien envie depuis des mois, et ce rêve devenait aujourd'hui réalité, mais pas dans le meilleur contexte certes. Quand Mouss finit ses deux minutes, il laissa Henri dans un état d'excitation maximal : le souffle court, la bite en feu, Henri n'avait même pas vraiment la tête à s'occuper de Mouss...Mais il le fallait, comme le lui rappelaient Sam et Chan, il en allait de la fierté retrouvée des homos de la salle.

Henri choisit donc d'y aller à fond, en offrant à Mouss la fellation de sa vie. Car s'il y avait une chose qu'Henri connaissait bien, c'était sucer les mecs bien membrés ! Juste avant, Henri branlât habilement la bite de Mouss pour la ranimer après la séquence précédente. Puis il enfourna sa bite, pas encore pleinement en érection, dans sa bouche pour achever de l'exciter, ce qu'il réussit en titillant comme un diable son gland et son frenulum. 

Mais le plus incroyable restait à venir. Dans une formidable démonstration de gorge profonde, Henri réussit à avaler entièrement la bite de Mouss, qui n'en croyait pas ses yeux. Aucune minette n'avait encore réussi à gober son membre comme ça, et cet homo y arrivait avec une facilité déconcertante...Henri savait mettre une quantité de salive incroyable sur la bite de son adversaire, et en faire un lubrifiant qui démultipliait les sensations ressenties. L'érection de Mouss ne cessait de s'affermir. 

Mais Henri ne se contentait pas de s'occuper du recto : pendant ce temps ses mains s'affairaient sur les fesses de Mouss. Des fesses parfaites, bombées, douces, d'une incomparable couleur chocolat. Et si le massage sur les pecs l'avait laissé de marbre, Mouss réagissait cette fois très bien à ces deux mains expertes occupées à lui masser le postérieur, mais aussi le bas de son dos musclé. Quelques râles de plaisir commençaient à sortir de sa bouche, et ses yeux perdaient de leur arrogance pour prendre un air inquiet qui redonna espoir à Henri. Les choses se rééquilibraient. 

Les secondes parurent alors une éternité à Mouss, et à la fin des 2 minutes, il sentit qu'il était passé tout près de la catastrophe. Son excitation était telle que quelques gouttes de sperme étaient sorties de son membre, et ce sexe devenu humide lui rappelait celui de Malik tout à l'heure, juste avant sa cruelle défaite.             
 
Quand Mouss reprit enfin la main, il décida une nouvelle fois d'utiliser à fond l'attirance d'Henri pour son corps. Il le plaqua littéralement contre le mur pour un baiser fougueux. Bouche contre bouche, pecs contre pecs, sexe contre sexe et les jambes enlacées, c'est à une véritable lutte sensuelle que se livraient Mouss et Henri. A ce jeu, Mouss prit rapidement l'avantage : sa bouche suçait littéralement la langue d'Henri, sa poitrine puissante mettait ses tétons en feu, sa queue surdimensionnnée dominait sans peine celle de son adversaire gay. Mais pour Henri, si l'attaque de Mouss était dure à gérer, le plus dur restait sûrement de contrôler ses fantasmes qui resurgissaient : oui, le corps de Mouss était le plus beau corps qu'il n'avait jamais vu, et il n'avait qu'une envie, se laisser submerger par ce déluge de virilité. 

Mouss s'affairait contre le corps faiblissant d'Henri. Les signes étaient bons, il sentait la bite de l'homo devenir de plus en plus glissante contre la sienne, augmentant encore la sensualité de leur frottement. Mais ce n'est plus l'excitation sensuelle qui dominait Mouss, c'était celle du compétiteur qui sent son adversaire fléchir sous sa domination.          

Henri sentait qu'il n'en avait plus pour longtemps, les poils de de son torse collaient contre la poitrine de Mouss, leurs bouches restaient scellées dans un interminable baiser, et sa queue ne parvenait pas à soutenir l'assaut du bogoss black. Henri voyait l'inquiétude dans le regard de Sam et de Chan, mais il sentait qu'il allait les décevoir.   

Mais la fin des 2 min approchait, et Mouss voulait achever sa proie au plus vite et ne pas prendre le risque d'une nouvelle manche. Il libéra la bouche d'Henri, se mit à genoux et, luttant contre son dégoût, avala le sexe de son adversaire. Pour la première fois de sa vie, Mouss sentait un sexe d'homme dans sa bouche ! L'effet de surprise ajouté à la sensation ressentie eurent raison des dernières résistances d'Henri. Quelques secondes après avoir enfourné la queue de l'homo, Mouss sentit sa bouche de remplir de foutre. Il se retira avec dégoût aussi vite que possible et orienta la bite d'Henri vers le torse poilu de ce dernier. 

L'éjaculation était tellement puissante que le sperme alla se loger jusque sous le menton du bourgeois gay. Henri avait perdu devant le champion de la cité, il n'avait pu faire aussi bien que Sam, subjugué par le corps incroyable de Mouss.



GAYS : 1 - RACAILLES : 1

L'issue du défi reposait maintenant sur les épaules de Chan, côté homos, et de Kevin, côté cité.  A suivre... 
Par Weiduke - Publié dans : Racailles contre homos - Communauté : Communauté gay
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Mercredi 11 février 2015 3 11 /02 /Fév /2015 20:00


                                  Sam                                                          Malik

Sam se demandait comment il avait bien pu en arriver là : voilà 10 min que lui et Malik se branlaient mutuellement pour voir qui des deux réussirait à retenir son sperme le plus longtemps.
 
Au début, tout avait commencé par un défi : à la salle de musculation de République à Paris, racaille et gays poussaient la fonte côte à côte, mais on ne pouvait pas vraiment parler de respect entre eux...Un jour, dans les vestiaires, Malik et ses potes, Mouss et Kevin, s'amusèrent une fois de plus à provoquer Sam et ses potes gays
"Alors les pédales, pas trop dur de voir de vrais mecs à poil ? on se retient de jouir ?? ça banderait pas un peu sous la serviette ?"
 
Pour la première fois, Sam et ses potes ne baissèrent pas la tête  : Sam proposa un défi pour voir qui, des racailles ou des pd, avait le plus de force sexuelle. Les racailles ne doutaient pas de leur victoire : rien qu'à regarder leurs corps musclés de "vrais mecs", ils étaient sûrs que les pd lâcheraient leur jus en deux minutes. Et c'est comme ça que Sam et Malik se retrouvèrent face à face, pour le premier défi entre les deux groupes rivaux.
 
Les règles étaient simples : chacun devait masturber l'autre et le premier à éjaculer faisait perdre le point à son clan. Deux autres défis devaient suivre.
 
Malik était sûr de lui. A 18 ans, il était certes le plus jeune de la bande des racailles, et pas le mieux bâti. Footballeur avant tout, il faisait de la musculation surtout pour suivre ses potes. Petit gabarit d'1m72 , il avait cependant un corps sec et musclé. Ses jambes étaient sa plus grande fierté : de vraies jambes de footballeurs, cuisses puissantes, mollets parfaitement dessinés, recouvertes d'un léger duvet noir. 
 
Mais avant tout, les homosexuels le répugnaient, et il était certain que jamais sa bite ne se lèverait devant un mec. D'ailleurs, il était celui des 3 qui insultait le plus facilement les voisins gays de la salle de musculation.
 
Pour Sam, 20 ans, les choses étaient bien différentes : se retrouver à masturber Malik, avec son consentement, était un vrai fantasme. Mais le défi lancé changeait tout : impossible de se coucher devant la prétention des racailles. Il fallait laver des années d'affront, et pour cela tenir coûte que coûte. Sam disposait d'un physique imposant : 90 kilos de muscles pour 1m85. Sa plus grande fierté étaient ses pectoraux puissants et ses biceps massifs. Mais devant un hétéro comme Malik, il se dit que cela ne lui servirait pas à grand chose...
 
Depuis 10 min donc Malik et Sam tentaient dans un défi de cockfight de se faire jouir contre leur gré.
 
Leurs styles étaient très différents : Malik agitait sa main sur le sexe en érection de Sam à une vitesse folle, comme si sa vie en dépendait !  Sam utilisait une technique plus complexe : accélérations, mais aussi mouvements très longs, et petits massages localisés sur le bout du gland se succèdaient...Cette technique ne réussissait pas mal, loin de là : contrairement à ce qu'il croyait, Malik ne résistât pas plus de 30 secondes avant que sa bite n'atteigne sa pleine érection ! Rouge de honte, il jetta alors un coup d'oeil vers Mouss et Kevin, qui lui criaient de ne pas se laisser faire par un pd ! A vrai dire, ces encouragements ne l'aidaient pas beaucoup : la honte ajoutait à son excitation.
 
Sam sentait que l'avantage était de son côté. Après 10 min, le sexe de Malik commençait à donner des signes de faiblesse. Les premières gouttes de jus jouaient le rôle d'un lubrifiant infernal qui rendait encore plus délicieux chacun des mouvements de la main de Sam sur son membre. Malik devait se rendre à l'évidence, Sam masturbait divinement bien. Pour se redonner du courage, Malik essayait désespéremment de penser à des choses aussi peu excitantes que sa vieille prof de maths, mais rien n'y faisait, l'excitation montait. Même le corps totalement dénudé de Sam ne lui semblait plus si dégoûtant qu'au début... 
 
Soudain Sam arrêta sa main, regarda Malik et chercha à l'humilier verbalement, pour affaiblir son esprit comme il avait déjà réussi à affaiblir son sexe.
"Alors petit Malik, 18 ans pour se rendre compte que tu aimais les mecs finalement ? Comment ça fait de se dire qu'on va bientôt vider ses couilles sur un pd, devant ses deux meilleurs potes ?"
 
Malik essaya de profiter de ce répit sur sa bite, mais les paroles de Sam enflammèrent sa tête : lui l'espoir du club de foot, le mec qui bavait sur les gays depuis tant d'années risquait de perdre ce défi.
 
Malik décida alors de changer sa technique et de ralentir son bras, en adoptant un mouvement de main "circulaire" qu'il appréciait particulièrement lorsqu'il se branlait sous la douche. Sam sentit le changement : soudain, la pression montait en lui, et il perçut cette sensation dans les couilles qui ne présageait rien de bon dans ce combat....
Merde, la technique de Malik était bien meilleure que la précédente, digne d'une branlette rapide de mec de 13 ans. Le duel se resserait, et Sam et Malik suaient désormais tous les deux à grosses gouttes...Mouvements lents, massages de glands se succédaient avec une lenteur insoutenable des deux côtés. Malik et Sam se défiaient du regard, et Malik tentait lui aussi de prendre l'avantage sur le terrain psychologique.

"Un pd reste un pd tu vois, et tous tes muscles ne te servent à rien là hein ? C'est ça la gonflette, des gros muscles, mais ça ne fait pas un mec ! Tu kiffes mon corps ? Tu vas jouir pour moi Samounet, c'est comme ça que t'appellent tes copines ??" 
 
Mais Sam avait pris de l'avance et le sexe humide de Malik le rendait vulnérable. La main glissante de Sam rendait à chaque passage le plaisir plus insoutenable.
Après 20 min de combat acharné, Malik lâcha soudain la bite de son adversaire et leva les yeux au ciel. Sa queue se mit à trembler de manière incontrôlable, et de puissants jets de sperme inondèrent le torse musclé de Sam. Malik mit 2 bonnes minutes à se vider les couilles, et Sam, sans pitié, n'arrêta de le masturber qu'après l'avoir complètement séché. Le plaisir devint alors trop fort : les puissantes jambes de footballeur de Malik cédèrent sous lui, et il s'écroula. Mais l'humiliation n'était pas terminée : le moment de la libération était venu pour Sam. Il finit de se branler au dessus de Malik, et recouvrit rapidement ce dernier de son propre sperme, qui jaillit en quantité incroyable. 
 
Malik le macho étalé dans une piscine de sperme au pied d'un mec : Mouss et Kevin, stupéfaits, ne dirent pas un mot devant cette incroyable issue à la première manche du défi.
 
GAYS : 1 - RACAILLES : 0
 
A suivre...        

Par Weiduke - Publié dans : Racailles contre homos - Communauté : Communauté gay
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 16 décembre 2014 2 16 /12 /Déc /2014 20:51

Avertissement : ce texte est différent des autres articles de ce blog, puisqu'il s'agit de la retranscription exacte d'un cyberfight m'ayant opposé à un talenteux adversaire. Merci donc de votre indulgence sur la forme, j'ai voulu garder l'aspect brut de l'échange.

Si certains sont tentés par cette expérience, n'hésitez pas à me contacter.  

 

 

Hakim.pngMarc-copie-2.png

Hakim Marc

Nico

Marc est un jeune prof de sport, expédié comme souvent pour les jeunes prof, en banlieue.

Il a été mis dans une ZEP où petit à petit il arrive à gagner la confiance de ses élèves

C'est un fils de pêcheur breton et il a beaucoup aidé son père sur les bateaux dans sa jeunesse ce qui lui a donné une bonne résistance à la fatigue et à la douleur

Il se retrouve sur ce ring pour s'expliquer avec des jeunes racailles qui viennent régulièrement foutre le bordel dans ses cours

Il veut une explication d'homme à homme et non pas d'homme à bande

Ses mensurations :

1M80 78 kilos

Il pratique plusieurs sports mais aucun de manière intensif. Il maitrise aussi bien le foot que le judo que la course, et est un très bon nageur.

 

Weiduke

Hakim a 18 ans déjà, mais est toujours en 3ème dans le collège où bosse Marc. 

Il ne s'intéresse pas du tout aux cours, et s'est réfugié tout petit dans le sport, le foot très jeune, puis depuis ses 15 ans  il s'est mis au bodybuilding en salle. Dans son milieu, il vaut mieux faire peur qu'avoir l'air d'une victime. Il a débuté la boxe thaï il y a seulement 6 mois.

il n'a donc pas vraiment de niveau, mais il voulait formaliser ses qualités d'autodidacte en combat. En banlieue (Bobigny, là où se trouve le collège), il a pas mal eu l'occasion de s'embrouiller. 

 

Nico

Marc à 26 ans et il est homo.

Mais personne ne le sait

surtout pas ses élèves

 

Weiduke

Hakim est hétéro. Il est mieux bâti que Marc, 1m80 aussi mais 86 kilos. 

D'où ses muscles saillants, résultat des heures passées en salle, qu'il ne passe pas à bosser par ailleurs...

Il adore fléchir ses biceps devant ses potes pour affirmer sa supériorité. Et il prend n'importe qui en bras de fer. 

Un jour où Hakim foutait le bordel dans le cours de Marc, il a été surpris que le prof le prenne à part à la fin du cours et lui dise "Marre de tes conneries mec, réglons ça entre hommes. Rendez-vous demain soir à la salle de boxe, après la fermeture. Un copain m'a filé les clés. Je viendrai avec 3 potes à moi comme témoin pour que ce soit réglo, tu peux faire pareil "   

Hakim voyant sa supériorité physique ne comprenait pas ce défi "ok mec mais je vais t'éclater, tu sais ça ?!?" 

"je te préviens maintenant, parce ce que demain ce sera sans pitié"

 

Nico

"Il est temps que tu apprennes enfin quelque chose, môme !"

Le jour J, Marc attend Hakim sur le ring

Hakim arrive en retard comme d'habitude

 

Weiduke

Le rebeu arrive avec 3 de ces potes comme convenu, il porte un jogging noir.

Il enlève le haut, et rejoint Marc torse nu sur le ring

 

Nico

Marc porte un bermuda ample et retire son tee-shirt

 

Weiduke

"Alors prof, tu vois ça comment ?" 

 

Nico

"Encore en retard ?"

 

Weiduke

"Profite de tes dernières minutes sans souffrance !"

 

Nico

"Voilà les règles. J'en ai plein le cul que tu foutes le bordel dans mes cours. Si tu arrives à me battre, je te laisserai tranquille. par contre, si c'est moi qui te bats, tu viendras en cours tous les jours, à l'heure et tu m'obéiras. Ok ? "

 

Weiduke

"Ok, je sens que c'est pas près de se calmer tes cours blanc bec !!" répliqua Hakim, en suscitant les rires de ses 3 potes témoins.

 

Nico

"Je vois que tu es venu en bande, comme d'habitude. Cette fois, c'est seulement entre nous que ça va se jouer".

 

Weiduke

Hakim commence par défier physiquement Marc pour lui montrer sa supériorité. Il fléchit alternativement ses biceps gros comme des balles de tennis.

 

Nico

Marc trouve Hakim très séduisant, très excitant, mais ne veut pas le laisser paraître. Il veut faire preuve d'autorité.

 

Weiduke

Le rebeu se met aussi à faire rouler ses pecs massifs sous sa peau cuivrée

tout en défiant Marc de son regard noir

 

Nico

Marc projette d'un coup Hakim contre les cordes

"Fini de jouer"

"Il n'y a plus de prof, ni d'élève ici"

"c'est homme contre homme"

Marc attaque Hakim direct au niveau de son estomac. 2, 3 coups bien placés dans le bide. Le prof est furieux contre son élève.

Il a la rage du provincial qui n'accepte pas les règles des banlieues.

 

 

Weiduke

Hakim est surpris de l'agressivité du prof, il ne pensait pas qu'il oserait attaquer en premier ! Il a à peine eu le temps de contracter sa puissante ceinture abdominale, qui a réussi à absorber les coups, que le rebeu a cependant trouvés plus puissants qu'attendu - il a la pêche  putain ce vieux -  

Le boxeur thai réplique en assénant à son adversaire 3 directs pile dans les abdos 

- tu veux un combat de gutpunching mec ? Je te prends au mot ! -

 

 

Nico

Marc réalise la puissance de son élève de 18 ans. Il est généralement habitué à voir des gamins. Là, il a à faire à un véritable homme, très fort

il se dit que la partie n'est pas gagnée. Mais la rage est toujours là et malgré ce corps magnifique, il ne se laisse pas distraire

Marc poursuit ses attaques au niveau du ventre de Hakim. Il est fier et veut lui faire goûter ses poings. Hakim a de meilleurs abdos que lui mais lui a une sacrée frappe, souvenir de ses années de pêche avec son père

Il rebalance une série de coups de poing dans le bide d'Hakim

 

 

Weiduke

Le rebeu ne pensait pas que Marc persisterait dans ce défi d'abdos, les forces semblent si disproportionnées ! La deuxième volée de coups du prof généra pourtant un début de douleur chez Hakim, très maitrisable encore.     

Les puissants bras de la racaille se remirent en action, et de toute leur force, s'acharnèrent sur le ventre du prof, en frappant avec précision, toujours le même carré de chocolat, à gauche du nombril.   

 

 

Nico

Marc se recule et viens se coller contre les cordes. Il commence à souffrir et colle sa main sur son ventre. il se dit qu'il ne pourra pas gagner à ce jeu là et de cette manière là. Il se rapproche alors d'Hakim, va pour lui donner un coup e poing dans l'abdomen mais fait une feinte et vient frapper le menton du rebeu pour lui balancer la tête en arrière. Il lui assène alors un coup de coude dans le ventre

 

 

Weiduke

- rhhha putain  !! - la douleur fait gueuler Hakim, qui recule de quelques pas. Des coups il en a reçu dans la rue, et des coups de coude au kickboxing, mais le prof l'a vraiment pris par surprise !

Son menton l'a fait souffrir, mais surtout la surprise l'a amené à décontracter ses abdos qui du coup ont reçu plus durement ce coup de coude, qui a irradié profondément dans le torse de l'athlète. 

Se mettant en garde pour se protéger de toute nouvelle tentative de ce type, Hakim reprit ses esprits et répliqua avec  deux violents kicks sur le mollet du prof.  

 

 

Nico

Marc sautille pour calmer la douleur causée par ces kicks. Il repose son pied et sourit en voyant qu'Hakim a semblé dérouté par sa précédente attaque

Il revient vers Hakim et joue une nouvelle fois la feinte. Il lui donne deux coups dans le ventre et voyant Hakim se protéger le menton par réflexe suite à sa précédente attaque, Marc en profite pour lui faire un balayage des jambes et le faire tomber par terre. Nouveau coup de coude dans le bide

 

 

Weiduke

Hakim se relève vite pour ne pas risquer de prendre d'autre coups, mais pour la première fois dans ce combat son regard semble exprimer une incompréhension : comment ce merdeux de prof peut-il réussir à le frapper autant, lui le caïd de la classe ? Le silence des potes d'Hakim témoins montre leur gêne.  

Le rebeu décide de tout donner, et pour ça il veut être à l'aise. Il retire son bas de jogging et se retrouve  juste en boxer. Plus attentif que jamais aux manœuvres de son adversaire, le boxeur thai attaque à trois reprises le mollet de Marc, et enchaine avec deux crochets dans ses abdos, toujours au même endroit, près du nombril.    

- il va bien finir par craquer ! -

 

 

Nico

Marc plie le genou et se tient le bide. Il a une sacrée force ce gamin. D'un coup, ses yeux se portent sur les jambes puissantes et le boxer visiblement bien fourni de son élève. Cela ne le laisse pas indifférent mais encore une fois, il ne veut pas se laisser déconcentrer. 

Il se secoue la tête et viens se jeter sur Hakim, le poussant dans les cordes. Il envoie dans un cri de rage une longue série de coups de genou dans les abdos d'Hakim. Il met toute sa force pour briser sa barrière d'abdos

 

 

Weiduke

Les coups de genoux ont une force bien supérieure aux bras évidemment, et la plaquette de chocolat d'Hakim encaisse difficilement ! Ses entrainements de kick boxing l'ont heureusement habitué à cette douleur, mais ils sont encore récents...Le rebeu saisit de ses bras la nuque du prof, le maintient à bonne distance, et se met à éreinter à son tour de coups de genoux son ventre. 

Hakim transpire maintenant nettement, on sent qu'il met toute sa force dans ces coups, ses jambes puissantes vont et viennent à 5 reprises heurter, toujours près  du nombril, cet adversaire inattendu qu'est Marc.

 

 

Nico

Marc souffre et pousse un cri de douleur. Il serre les dents pour ne pas trop montrer sa douleur à Hakim; Lui aussi commence à perler sur le front. Il lui envoie un bon direct du droit dans la mâchoire.

Il enchaine sur un second coup violent qui fait se tourner d'un demi-tour le rebeu. Marc le colle alors dans les cordes et vient le frapper violemment à 3 reprises dans le bas du dos.

 

 

Weiduke

La mâchoire du rebeu, frappée pour la troisième fois, commence à gonfler quelque peu. Hakim a du mal à trouver la clé de ce combat ! Grâce à sa force supérieure, il réussit, après avoir encaissé les coups du prof dans le bas du dos, à le repousser, et à lui asséner à son tour un direct au visage, sur la pommette. Prenant du champ pour échapper à l'offensive d'Hakim, Marc lui laisse 

alors la distance idéale pour lui porter sa botte secrète, récemment appris en cours de boxe thai : un kick pile sur le haut du crâne, d'une violence incroyable ! Souriant de ce coup, Hakim se met à sautiller en attendant de voir les effets sur son imprudent adversaire... 

 

 

Nico

Marc s'écroule au sol. Il se prend la tête, la secoue pour retrouver ses esprits. il essaye de se relever une première fois mais retombe encore sonné. Il s'aide en s'accrochant à une barre à la corde. Il titube et a beaucoup de mal à reprendre ses esprits. 

Marc voit soudainement son adversaire sous un autre visage. Ce gamin est très violent, plus qu'il ne l'avait imaginé. Il se rue à nouveau sur son le lycéen, lui assène un coup dans le bide et , profitant de ce qu'Hakim se plie de douleur, prend de l'élan pour lui envoyer un coup de genou remontant dans le menton. A son tour de le sonner.

 

Weiduke

"hmmmpffff" Hakim recule comme dans un film au ralenti, ce nouveau coup de genou sur un menton déjà abimé produit un effet dévastateur. Le rebeu était trop confiant dans sa botte secrète, sa satisfaction l'a déconcentrée ! 

"Vas-y mec, broie le !!" l'encouragent ses témoins, voyant leur champion plus en difficulté qu'ils n'auraient pu l'imaginer. Le rebeu décide de revenir aux fondamentaux, après tout, ne voit-il pas un énorme hématome apparaitre sur l'abdomen de Marc, là où ses coups ont frappé ses abdos ? Dans un grand cri de colère, Hakim attaque son adversaire en enchainant coups de genoux, directs et crochets  

dans le ventre de Marc. 

-Si mon ventre me fait souffrir, avec mes abdos supérieurs, qu'est ce qu'il doit sentir, je vais le briser à la fin !!-

 

 

Nico

Marc recule à chaque assaut. Son ventre est littéralement broyé. Il crache d'ailleurs un peu de sang. Ce gamin est vraiment très fort. Il se dit qu'il est temps de changer de tactique.

Marc profite du désarroi d'Hakim face à ce spectacle pour retirer son bermuda. Lui aussi se retrouve en boxer. Il commence à bander légèrement. Il utilise son bermuda pour venir étrangler Hakim en serrant son vêtement autour du cou du rebeu

Il le balade à sa convenance et lui envoie régulièrement des coups dans les jambes et dans le bide

 

 

Weiduke

Hakim a aperçu la bosse dans le boxer de son prof et réalise soudain qu'il est bien possible que ce dernier soit pd ! Pris de rage de s'être fait avoir, il retrouve sa concentration et mobilise ses bras bien supérieurs à ceux de marc pour finalement rompre l'étranglement, et jeter le bermuda hors du ring. 

"Putain mais t'es UN PD EN FAIT !!" les yeux du rebeu expriment désormais une rage meurtrière, dans son milieu homophobe, rien de pire qu'un pd en boxer se frottant à son corps ! 

Hakim se remet en garde, il sautille de manière un peu fébrile, dominé par la rage. Son visage exprime aussi les dégâts occasionnés par l'affrontement : son menton gonflé est désormais violacé, sa lèvre fendue. C'est les traits quelque peu défaits que le boxeur engage à nouveau l'affrontement, 3 directs viennent s'enfoncer dans l'abdomen de Marc, mais sous l'effet de l'énervement Hakim frappe cette    

fois ci légèrement à côté de l'endroit habituel. 

 

 

Nico

"Voilà un garçon qui non seulement joue les caïds dans ma classe, arrive en retard et j'apprend maintenant que tu es homophobe. Bravo, mec. Tu les accumules. Ouais, je suis pd comme tu dis et ça ne va pas m'empêcher de te foutre ta râclée et devant tes potes en plus".

Marc se dit que cette confrontation a l'air de perturber Hakim. Il compte bien en profiter et cumuler les humiliations devant ses potes. S'il arrive à le maitriser, il le tiendra dans sa main niveau autorité devant toute la classe; il pourrait peut être même s'en faire un allié. Mais pour ça, il faut le battre, l'humilier

Marc veut commencer par lui abimer son joli petit minois

il le frappe à de multiples reprises au niveau du visage. Il va le lui déformer en enchainant les coups de poings.

Bref, dès qu'il sent Hakim fléchir, il le relève, le met dans les cordes, son visage face à ses potes et vient lui baisser son boxer à l'arrière pour y glisser une main et lui choper les couilles. il veut le faire hurler

 

 

Weiduke

Aahhhh !! Hakim hurle en sentant ses précieuses noisettes dans la main de son prof pervers ! Pour le rebeu, il ne s'agit pas seulement de gagner un combat mais de sauver sa dignité ! Avec l'énergie du désespoir, Hakim balance un coup de tête arrière qui vient frapper le nez de Marc. Sous la violence du coup, ce dernier lâche la grappe du rebeu et recule, en se tenant le visage.  

Hakim choisit de jouer aussi sur le terrain de Marc : il enlève complètement son boxer pour l'exciter, et fait apparaitre une splendide queue de 20 cms ! Et c'est avec sa queue se balançant entre ses jambes fuselées que Hakim, maintenant très essoufflé, vient asséner trois kicks sur le mollet de Marc pendant que ce dernier est encore sous l'effet du coup de boule. 

Les potes d'Hakim observent la riposte du rebeu, mais aussi son visage avec inquiétude : boursouflé, le boxeur semble très atteint, et son souffle court les inquiète. Le nageur serait-il plus endurant que le footballer ? Les gros muscles d'Hakim consommeraient-ils trop d'oxygène ?   

 

Nico

Marc est au sol. Entre son ventre, sa jambe et maintenant son nez, il commence à sentir les effets des coups dévastateurs de son élève. Il réussit à se relever en boitant et ne peut s'empêcher d'apprécier le spectacle de son élève nu et si beau. 

Il reste un instant à regarder la queue d'Hakim pour le gêner, le déstabiliser. Marc se met à bander plus généreusement maintenant. Il constate aussi que le visage d'Hakim est de plus en plus boursoufflé. il se dit que sa vision doit être quelque peu affaibli. Marc s'avance vers Hakim et sautille de droite à gauche malgré la douleur de sa jambe

Il vient encercler son élève en bearhug et serre très fort. Ses bras sont en apparence moins puissants que ceux d'Hakim mais ses années de pêche lui ont donné une force dont le rebeu va goûter...

Pour achever de le déstabiliser, il commence à frotter son corps contre celui de son élève.

 

 

Weiduke

Hakim sent l'étreinte de Marc se refermer sur son torse. Pour le rebeu c'est une bonne surprise, le souffle court, hakim ne se voyait pas durer longtemps dans un combat mobile, mais là sa force joue pour lui. Le kickboxeur engage donc le défi, ses muscles gonflent sous sa peau et affrontent ceux de marc. 

Le rebeu réussit à immobiliser le prof pour l'empêcher de poursuivre ses frottements de paquet. Après 5 min d'épreuve de force, Hakim sent Marc desserrer sa contrainte, ses bras sont vigoureux mais ne tiennent pas la longueur en force pure.  

Les potes d'Hakim reprennent quelque peu confiance, en voyant Marc rougir, le torse serré par les biceps de son adversaire. Le rebeu aurait sans doute pu détruire là le prof, mais la sensation de ce corps de mec contre lui le dégoûte, il ne veut pas montrer ça à ses potes trop longtemps.  

Hakim relâche donc un Marc titubant, et sans  lui laisser le temps de reprendre son souffle, balance deux  coups de genoux dans les abdos du prof. Deux seulement...Les témoins remarquent cette baisse de régime. Encore essoufflé malgré la pause du hug, le rebeu ne semble pas capable de pousser plus loin son avantage.

 

Nico

Marc est également essoufflé. Il respire fort et voit bien que son élève est également en situation de faiblesse. Les derniers coups de Hakim sont moins puissants, heureusement pour lui. Il décide d'en finir maintenant. Il veut à la fois réduire son élève en situation de faiblesse et l'humilier définitivement. Il retire son boxer et laisse apparaître sa queue désormais bien raide

Il aperçoit dans un coin du ring le pantalon de jogging qu'Hakim a retiré tout à l'heure. Il s'en approche, fait quelques feintes pour attirer Hakim vers lui. Il lui donne un coup dans le bide pour le faire plier, le chope par les cheveux pour lui amener la tête en arrière et lui envoie deux doigts dans les yeux.

Hakim hurle et se tient la tête.

 

Weiduke

Ce dernier coup de bide était de trop pour Hakim. Il sent sa barrière abdominale, dont il était si fier, flancher définitivement. Les doigts dans les yeux l'ont certes blessé, mais c'est dans son abdomen que l'essentiel se passait. Les coups de Marc avaient sapé sa force de l'intérieur. 

Une douleur jamais sentie par le caïd irradiait à partir de sa plaquette de chocolat détruite. Lorsque la douleur des doigts dans les yeux passa, Hakim regarda à nouveau Marc, mais cette fois c'est de la peur qui se lisait dans son regard. Le rebeu cherche ses témoins comme pour se réconforter, fait quelques pas en arrière... 

Et à la stupéfaction générale, Hakim semble soudain perdre l'équilibre. Ses jambes puissantes ne parviennent plus à le porter. Le rebeu fait alors quelques pas vers son adversaire, et finit par s'écrouler contre lui, la tête sur son épaule. Pas dans un geste tendre non. Le regard marquait seulement de la peur, et la stupéfaction. Celle de voir ses forces s'évanouir devant un petit prof gay.  

 

 

Nico

Marc sait que la partie est maintenant gagné. Spécialiste des feintes, il se demande quand même si le coup de faiblesse d'Hakim est bien réel. Il va donc au bout de son attaque. Il plaque Hakim dans les cordes, face à ses amis. La queue du rebeu pointe vers ses amis subjugués.

Mars s'approche de l'oreille de son adversaire et lui demande s'il abandonne, s'il accepte de revenir en cours et d'être un élève modèle ? En lui disant ça, il colle sa queue juste au niveau de l'entrée de l'anus d'Hakim, comme pour avoir une sécurité supplémentaire.

 

 

Weiduke

Hakim se sent écrasé, physiquement mais aussi par la honte. Il tente une dernière fois de faire jouer sa force pour se dégager, mais son corps semble ne plus répondre, trop éreinté par l'affrontement. Sentant la queue de son prof, bien raide, s'aventurer vers ses arrières, Hakim craint le pire, et essaie de sauver ce qui peut encore l'être... 

"J'abandonne ! J'abandonne !!!"

 

Nico

"Devant témoins, tu acceptes de revenir en cours et d'être respectueux ? "

 

Weiduke

"oui oui, tout ce que tu voudras !! "

 

Nico

Marc se serre un peu plus contre Hakim, pénétrant légèrement son élève. " jure-le ! "

 

Weiduke

Hakim sent son sphincter lutter contre cet assaut abominable pour lui "oui oui je le jure, devant témoins et devant dieu !!" 

 

Nico

Marc donne un petit coup de rein et se retire illico. Il humilie Hakim jusqu'au bout en l'embrassant virilement devant ses camarades. Il se recule, laisse son adversaire s'écrouler au sol et fait signe à ses collègues de monter le ramasser. 

Par Weiduke - Publié dans : Cyberfights - Communauté : Espace Gay Sexe
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 26 octobre 2014 7 26 /10 /Oct /2014 21:00


cc31.jpg

Abdel et Zach étaient deux mecs rivaux du club de lutte de Marseille. Leur rivalité se manifestait surtout sur les tapis, où les deux athlètes, de force comparable, remportaient à tour de rôle les combats les opposant. Mais la concurrence entre les deux lutteurs se déroulait aussi en dehors du club où ils se disputaient souvent les mêmes filles.  

Abdel cherchait désespérement un moyen de vaincre une bonne fois pour toutes cet adversaire si coriace dans leur sport...Un jour après l'entraînement, le rebeu alla défier Zach dans les vestiaires, sur un autre terrain...

"Alors blondinet, tu te crois toujours le plus beau ? c'est sympa tes petits coups de pute sur le tapis, mais qu'est ce que ça donnerait teub contre teub ? Un bon défi entre mâles ? Je suis sûr que ma longue queue de rebeu soumettrait ta tige de céfran en moins de 5 minutes !"

Les autres lutteurs commencèrent à s'interposer entre les deux champions, mais Zach leur fit signe de laisser faire
" Pas de souci les gars, il est temps que je remette cette grande gueule d'Abdel à sa place...Ok mec, bite contre bite, sans règle du jeu. Le premier qui débande perd le défi. Le gage : sucer le vainqueur et avaler tout son yop. Je te promets que tu vas être pas déçu d'être venu me chercher, tu vas avaler des litres de foutre."

Abdel était plus que confiant
"Je vais t'écraser comme je t'écrase sur les tapis petite queue, aucun risque, et ça ne prendra pas longtemps en plus"

Le rebeu enlevait déjà son t shirt et son short. Les yeux de Zach s'égaraient vers son paquet impressionnant. Il pouvait voir la teub d'Abdel tendre les fibres du caleçon. Cette vision ramena la bite du français à la vie, et lorsqu'il retira lui aussi ses sous vêtements, il révéla une belle queue de 18 centimètres en pleine érection.

Le défi commença par une branlette mutuelle. Après 3 minutes de ce régime, Abdel, pressé d'en finir, plaqua soudain le blond contre le mur, pecs contre pecs, bite contre bite. Ses bras musclés ensserèrent son adversaire, et il lança son sexe à l'assaut de celui de son concurrent. Le rebeu sentait le queue de Zach battre en retraite sous ses coups de boutoir.

Mais le blond n'était pas le premier venu en baston. Il se ressaisit, se dégagea de l'étreinte de la racaille, le souleva et le jetta à terre. Abdel grogna lorsque son adversaire s'allongea sur lui, sa queue épaisse cognant durement contre la sienne, ses couilles écrasées par celles du blond.     

Zach bloqua les bras d'Abdel, puis coinça sa bite entre ses cuisses. Le blond approcha son visage très près de celui de la racaille, et lui souffla "tu vas perdre mec". 
 
Abdel sentait les jambes musclées de Zach masser sa queue avec une grande efficacité... Des râles de plaisir sortaient de la gorge du rebeu. Zach lâcha les bras d'Abdel pour envoyer une série de coups de poing sur les abdos dessinés de son adversaire. Abdel râlait de plus belle, partagé entre douleur et plaisir. Le blond sentait la bite de son adversaire gonfler encore plus sous l'effet de ses coups. "Putain mec, ça t'excite de prendre une bonne leçon on dirait !"

Le rebeu respirait de plus en plus fort alors que Zach travaillait ses abdos et son sexe en cadence. Le blond savait ce qu'il faisait. Abdel sentait sa queue commencer à trembler. Et chaque fois qu'il essayait de reprendre le dessus, il prenait une volée de coups dans les abdos. 
        
Heureux de dominer enfin le lutteur rebeu, Zach souriait béatement pendant qu'il enfonçait son poing droit, puis le gauche, dans les tablettes de chocolat affaiblies d'Abdel. Excitée comme jamais, la bite bien raide de ce dernier commençait à lâcher du precum entre les cuisses musclées du céfran. Ce lubrifiant naturel rendait la tâche encore plus facile à Zach
"Tu es niqué mec" dit-il avec un air content de lui. "Ta tige ne fait pas le poids contre moi"

Le céfran arrêta de branler Abdel avec ses cuisses, et utilisa à nouveau son membre dans un frottage exquis contre le chibre de l'algérien. Abdel se battait pour revenir, mais le céfran était de plus en plus dominant.

Avec la force qui lui restait, Abdel attrapa alors les biceps saillants de son adversaire, et profita de la surprise pour le retourner sur le dos, leurs corps toujours emmêlés. Le rebeu sentit alors la pression diminuer contre sa bite. Avec ses jambes d'athlète, Zach essaya d'emprisonner le bas du corps d'Abdel. Mais ce dernier résista. Zach sentait que le bâton du rebeu reprenait de la vigueur, sous l'effet de sa démonstration de lutte.

Abdel contempla le blond au sol, puis frappa à son tour ses abdos par surprise. Zach, qui n'avait pas eu le temps de les contracter, hurla de douleur. Mais il tenait toujours le rebeu coincé entre ses jambes. Abdel frappa à nouveau le ventre du blond, et sentit cette fois l'étau de ses cuisses se relâcher. La bite du céfran suintait à son tour du precum. 

Abdel s'approcha du torse musclé de Zach et prit son téton entre les dents. Il le mordilla lentement, provoquant des gémissements de plaisir. Abdel relâcha le téton et commença à le titiller avec sa langue. Le corps de son adversaire s'agitait sous l'effet de la sensation, et l'algérien sentit sa proie lâcher plus de precum encore. Les deux sexes enlacés dégoulinaient de mouille. 

Le bâton de Zach vibrait littéralement sous l'effet combiné des caresses buccales d'Abdel et du frottage continu de leurs paquets. Son souffle devenait saccadé. Il essayait de contrôler ses sensations, mais le rebeu savait exactement sur quel bouton appuyer pour lui faire de l'effet. Il continuait donc à frotter sa queue contre celle de son adversaire, tout en lui léchant habilement les tétons. Abdel avait clairement repris le dessus.
 
Consterné par ce retournement de situation, Zach sentait qu'il arrivait au bout de ses capacités de résistance. Sa queue lâcha son jus pour la première fois dans un défi sexuel. Mais le rebeu ne se contenta pas de cette première victoire. Il continua son attaque. Malgré cette première éjaculation, la bite de Zach restait ferme. Le lutteur blond était un fier hétéro, et jamais jusqu'alors son sexe n'avait été vaincu dans un cockfight. 

Mais Abdel était un adversaire au talent inédit. Il cessa de s'occuper des pectoraux musclés de son adversaire avec sa langue et l'utilisa pour faire briller le gland turgescent du français. Après 3 minutes de ce travail minutieux, Zach éjacula une deuxième fois son jus crémeux. Sa tige n'arriva pas à conserver son érection cette fois, et le lutteur dut s'avouer vaincu 
"C'est bon Abdel, tu m'as eu...j'ai perdu"        

"Tu te souviens de ce que tu me dois maintenant mec?" répondit le rebeu, tout en enfilant sa queue massive dans la bouche du perdant.Et c'est avec dégoût mais courage que Zach avala la quantité monstrueuse de yop qu'Abdel expulsa de ses couilles.   
Par Weiduke - Publié dans : Lutte érotique - Communauté : Espace Gay Sexe
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Jeudi 28 août 2014 4 28 /08 /Août /2014 20:30


bl-wt.jpgfenc.jpg

Les deux finalistes du défi de force sexuelle n'auraient pu être plus différents. D'un côté, Marc, le passionné de musculation, aux pectoraux saillants et aux abdominaux découpés, qui avait conquis la moitié des filles de la fac. De l'autre Jean, le scout catho, représentant du club d'escrime. Jean ne brillait pas par son corps, hormis ses jambes bien musclées. Il ne brillait pas non plus par son entrejambe, puisque la queue du bodybuilder dépassait celle du catho en longueur comme en épaisseur.
Pourtant Jean était arrivé en finale, et pour cela il avait vaincu Samir le boxeur puis Seb du club de tennis. Marc ne prenait donc pas son adversaire à la légère.
 
Celui qui remporterait la finale serait celui qui arriverait à garder son sexe en érection en dernier. Tous les coups étaient permis, sauf l'usage de la violence bien sûr.   
 
Même s'il était foutu comme un dieu, Marc savait qu'il ne pouvait pas compter sur son seul corps pour remporter la finale. Il pensait plutôt se servir de tous ces petits trucs qu'il avait appris avec les pd de sa salle de muscu. Bien qu'hétéro, Marc ne détestait pas de temps en temps tâter la bite de ses potes homos. Et il comptait bien utiliser son savoir faire pour défaire ce petit catho coriace.
 
Jean jubilait lui d'avoir la chance de pouvoir traire les couilles de ce macho prétentieux qui tombait toutes les filles. Enfin une revanche après des années à être le mec que tout le monde ignore...    
 
Marc choisit de profiter de l'effet de surprise et se précipita aux pieds de son adversaire, en lui enlaçant les jambes de ses bras massifs. Ainsi immobilisé, Jean ne pouvait rien faire pour empêcher le bodybuilder de s'attaquer à son paquet en lui léchant ses testicules bien lourdes, puis sa queue, avec un certain talent. Pourtant, le catho ne semblait pas plus impressionné que ça
"Tu perds ton temps musclor, je bande quand je le décide, je ne suis pas un suceur de bites comme toi !"
 
Après 5 minutes à travailler les couilles et la verge du scout, Marc craignait que cela ne soit vrai. La bite de Jean restait désespérement flasque, les caresses buccales du bodybuilder n'arrivaient même pas à provoquer une demi-molle chez son adversaire. Marc décida alors de passer la vitesse supérieure en enfournant entièrement la teub du catho dans sa bouche. Le blond était connu chez les pd de la salle pour ses fellations façon gorge profonde, personne ne pouvait y résister plus de 5 minutes. Le gros problème là était que...Jean ne bandait pas du tout ! Et il n'était pas évident de sucer une bite si recroquevillée. Du coup, Marc cessa de pomper en vain, sortit la queue de sa bouche et jeta de petits coups de langue sur le gland du catho pour réveiller enfin son engin. Mais après 5 nouvelles minutes de travail consciencieux, Marc dut admettre qu'il était incapable de faire bander Jean. L'échec était complet.   

Le bodybuilder n'avait plus qu'à libérer les jambes de son adversaire et à se redresser. Jean jubilait de le voir si désemparé
"Pas habitué à ce qu'on te résiste n'est ce pas ? Je ne suis pas aussi facile à faire jouir que tes groupies ou tes petits copains pd de la salle, je t'avais prévenu !"

Jean passa à l'offensive et commença à masser doucement le torse travaillé du bodybuilder. Ses mains habiles s'attardaient sur les tétons gonflés, les titillaient délicieusement. Ces seuls mouvements suffisèrent pour que la bite de Marc commence à se gorger de sang et à se redresser. 
"Eh bien on bande vite mon pote, tu ne vas pas être long à purger dis-moi !"

Rassuré par ses premiers succès, le catho décida de défier le bodybuilder dans un cockfight, un combat queue contre queue. Il cracha dans ses mains, et se branla quelques instants pour amener sa propre teub à une belle érection
"tu vois à quoi j'en suis réduit le musclor, je dois me branler moi même pour bander ! "

Sa verge fièrement dressée, Jean s'approcha du blond et commença à frotter son membre contre celui de son adversaire, maintenant gonflé d'excitation. Jean savait s'y prendre, et comme il l'avait fait avec son précédent opposant Seb, il frotta avec le bout de son braquemard le dessous du gland du bodybuilder, un endroit hyper sensible...Des gémissements trahissaient l'excitation grandissante de l'étalon blond. Pendant qu'il animait ce duel de bites, Jean ne délaissait pas pour autant le corps de Marc. Les massages sur les tétons continuaient, et le catho multipliait caresses et suçons de sa langue gourmande sur la nuque, le cou, les oreilles de l'athlète. 

Après 5 minutes de ce traitement, le bodybuilder commença à paniquer en sentant le plaisir l'envahir et ses fesses musclées accélérer leur va et vient pour profiter du chibre de Jean. Du precum commençait à couler de la fente de son gland, facilitant encore le frottement. Pour reprendre les choses en main, Marc décida de plaquer ses pectoraux contre ceux de son adversaire, l'empêchant ainsi de lui masser les tétons. Ses bras massifs enserrèrent le catho pour l'empêcher de frotter leurs deux teubs en rythme. Marc savait qu'il n'était pas bien d'utiliser sa force, mais il n'avait pas le choix. 

Jean ne protesta pas pour autant de se voir ainsi immobilisé de force...En fait, la sensation de ce corps hyper musclé contre lui ne lui déplaisait pas, loin de là. Marc sentait que le scout restait étonnamment passif. Soudain, il trouva la clé qui pouvait le mener à la victoire
"ah mais je comprends maintenant, ce qui t'excite, ce ne sont pas les mecs, c'est de te faire dominer ! T'inquiète je vais t'en donner de la domination, tu vas le sentir passer...."

Marc se mit à frotter en cadence ses pectoraux gigantesques sur le torse bien plus modeste de Jean, tout en lui coupant presque la respiration grâce à la force de ses bras. Le catho exultait intérieurement, mais essayait encore de cacher sa faiblesse, sans grande conviction. Des ondes de plaisir parcouraient son corps, et sa teub commençait elle aussi à lâcher son precum. C'est la première fois que cela lui arrivait dans un combat sexuel !

Marc ne voulait laisser aucun répit à son adversaire chancelant. Il l'entraina au sol, saisit fermement les fesses du catho, et l'obligea à frotter sa verge entre ses pecs massifs. Jean se sentait submergé par ce mélange de domination et de plaisir physique intense que lui donnait cette branlette espagnole. Les pecs du bodybuilder étaient si puissants qu'il pouvait s'en servir, comme une fille se sert de ses seins, pour branler un mec. Plusieurs pd arrogants de la salle de sport, sûrs de leur self control, avaient déjà succombé à cette technique. 

Marc sentait la tige du scout commencer à trembler sous l'effet du désir. Il goba alors le gland turgescent, qui cette fois resta bien gonflé entre ses lèvres. La queue chaude et dure du catho apppréciait cette fois la pipe du bodybuilder.

Le regard voilé par le plaisir, Jean sentait la fin approcher. Il était consterné, lui le mec croyant, de prendre autant de plaisir entre les bras d'un mec. Toutes ses certitudes s'effondraient.

Un dernier coup de langue de Marc eut enfin raison de la volonté de sa victime. Le scout gicla sa purée dans la bouche du sportif, qui avala tout avec une facilité déconcertante. Le scout n'en croyait pas ses yeux, mais Marc ne lui laissa pas le temps de reprendre ses esprits. Il se saisit du membre du catho et le frotta à nouveau à grande vitesse entre ses pectoraux massifs. 

Sans même avoir débandé après sa première éjaculation, Jean sentait à nouveau la sève monter dans sa tige...Il adorait se faire dominer ainsi par cet étalon magnifiquement musclé. Le bodybuilder en rajoutait en défiant le scout 
"je vais t'agiter le poireau jusqu'à ce que tu me supplies d'arrêter !"    

Dans un grand râle, Jean lâcha sa semence gluante pour la deuxième fois, directement entre les pecs qui l'avaient mené à bout. Le jet puissant souilla jusqu'au menton de Marc. Cette fois ci, la queue du scout perdit son érection parfaite pour se transformer en une demi-molle baveuse de foutre. 

Mais Marc voulait obtenir une victoire indiscutable. Il prit la queue du scout dans sa bouche, et d'un mouvement circulaire de la langue sur le gland, réussit à l'exciter et à la ranimer complètement. Dans le même temps, il descendit ses mains vers les fesses de Jean, et, franchissant le sphincter bien serré, introduisit deux doigts dans son rectum. Doigté et sucé en même temps, le catho découvrait que le Paradis n'était pas que dans les livres ! Jean avait vu avec quelle vitesse Marc avait fait jouir Omar le lutteur black grâce à sa technique de doigtage, et craignait de suivre le même chemin...En effet, si lui même avait doigté de nombreux mecs dans les camps scouts pour les dominer sexuellement, il avait toujours réussi à préserver son précieux orifice.

Ces craintes étaient fondées : quand le bodybuilder commença à masser sa prostate, Jean fut totalement dépassé par cette sensation inconnue mais d'une puissance folle. Sa queue se cabra dans la bouche de son adversaire, qui agitait sa langue toujours plus vite autour de son gland. Puis, pour le feu d'artifice final, Marc retira la bite de sa bouche pour que Jean assiste lui même à sa défaite complète. Son sexe partit pour une dernière éjaculation qui ne produisit que...deux malheureuses gouttes de sperme, avant de ramollir définitivement, vaincu. 

Pour marquer sa domination et sa victoire, Marc se releva et se branla à vive allure au dessus de son adversaire vaincu. Les couilles remplies par l'excitation du combat ne mirent pas longtemps à expulser leur contenu, et le jeune escrimeur se retrouva vite inondé du jus gluant de son vainqueur.   

Grâce à son endurance et à sa technique, Marc avait remporté le défi de force sexuelle entre sportifs. Il avait prouvé qu'il était le mec le plus viril de la fac de Toulouse. 
Par Weiduke - Publié dans : Bite contre bite - Communauté : Roman gay Rose
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Présentation

Recherche

Calendrier

Février 2015
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28  
<< < > >>

Créer un Blog

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus