Jeudi 9 mai 4 09 /05 /Mai 12:00

4479664459 6d1765dbf6    107

Le caporal Stan Chevalier vivait dans l'angoisse depuis que son frère l'avait provoqué et écrasé à deux reprises dans un défi de force sexuelle. Lui, le militaire bien foutu qui faisait rêver toutes les filles, s'était fait traire les couilles 4 fois en l'espace de deux combats contre son frère pd. Ses 85 kilos de muscles n'avaient pas fait le poids face à l'expertise de Paul pour faire jouir un mec contre sa volonté. 

Aurélie, avec qui le militaire était en couple depuis deux ans, sentait que quelque chose clochait chez son mec depuis quelques jours. Elle assaillait Stan de questions pour savoir si cela était lié à elle, si ses sentiments à son égard avaient changé. Et un jour, le caporal finit par craquer et lui raconta les humiliations qu'il avait subies, et l'impasse dans laquelle il se trouvait. En effet, depuis qu'il l'avait vaincu, Paul exigeait régulièrement que son frère lui rende de "petits services" en échange de son silence : fellations, voire plus... Le macho ne savait comment sortir de ce cercle infernal.    

Aurélie était certes une bimbo mais aussi une fille courageuse, qui ne supportait pas de voir son mec dans cet état. Elle décida d'aller directement à la rencontre de Paul pour exiger qu'il cesse ce harcèlement ridicule. Stan fit tout pour la dissuader : 
"Mais qu'est ce que tu vas lui raconter ??? Arrête de maltraiter ton grand frère hétéro qui jouit comme un pd lorsqu'un mec le touche ??"    

Aurélie ne se démonta pas et rétorqua : 
"Non, je vais lui montrer que je suis plus forte que lui à son petit jeu..."

"Plus forte que lui ?? Mais tu es folle, c'est le plus grand pervers que j'ai jamais rencontré ! Et tu n'arriveras jamais à le faire jouir, c'est un pd à 100%, les filles, ça ne lui fait aucun effet..." 

"Tu sais, une bite est une bite, regarde ce qu'il t'a fait, lorsque l'on connait les bons trucs on peut faire réagir n'importe quel corps de mec, et qu'il soit hétéro ou gay ne change rien !"   

Stan devait avouer qu'elle n'avait pas tout à fait tort sur ce point. Et puis Aurélie était incroyablement têtue, et il savait que rien ne pourrait la faire changer d'avis. 

La blonde ne voulait pas perdre de temps, et se rendit directement dans la chambre de Paul, suivie par un Stan désemparé qui n'en croyait pas ses yeux...
Aurélie entra en trombe alors que celui ci bossait ses cours à son bureau.

"Eh pd, tu as bien profité de mon mec j'espère, parce que je suis venue te dire que la fête est finie pour toi !"

Surpris par cette irruption, Paul chercha à comprendre ce qui se passait
"C'est quoi ton problème ?? Tu es malade de gueuler comme ça ?"

"Le problème c'est que tu as confondu mon mec avec un de tes joujous sexuels. Mais il a été bien sympa de ne pas t'exploser la tête, faible comme tu es. Moi je suis venu te défier sur ton terrain : ça te dit un petit combat sexuel contre une nana ? On verra si tu es aussi sûr de toi là"

"Un défi contre toi ?" Paul éclata de rire. "Ma pauvre, déjà que les nanas ne me font aucun effet, une blonde à gros seins, vulgaire de plus, sérieusement...Il te faudrait un mois pour me faire jouir !! "

"Ok, c'est parti alors" rétorqua Aurélie. Et la copine de Stan retira aussitôt la légère jupe qu'elle portait en cette chaude journée d'été. Peu accoutumée aux sous-vêtements, la blonde exposa tout entier son splendide corps face aux deux frères, les laissant tous deux interloqués. Paul, qui était déjà torse nu pour supporter la chaleur, ôta à son tour le peu de vêtements qu'il portait.

Le caporal n'en croyait pas ses yeux : sa copine et son frère homo, tous les deux nus et face à face, dans la maison de ses parents ! 

"Et on fait quoi maintenant chérie ?" Passé la surprise, Paul redevenait cynique et narguait celle qui était devenue son adversaire pour le contrôle de son frère. 

Aurélie commença à poser ses conditions : "Si je réussis à te faire jouir 2 fois dans le demi heure qui vient, interdiction de toucher à mon mec à tout jamais. ça te va ?"      

Paul répondit avec la perversité qui le caractérisait : "Ok. Mais de mon côté, je vais mettre une caméra et filmer notre petit défi. Si j'arrive à me retenir de jouir durant cette demi heure, je garde la cassette, et je mets sur internet la vidéo te montrant en train de baiser avec le frère de ton mec. Tu es suffisamment sûre de toi pour prendre ce risque ?"      

Aurélie réfléchit rapidement...Bien sûr une sextape la montrant avec Paul briserait sans nul doute son couple. En même temps, si son mec restait sous l'emprise sexuelle du pd, leur relation était aussi vouée à l'échec. Et puis...bien qu'elle risque une sévère humiliation, la blonde était assez excitée à l'idée de mener un sexfight contre un mec, homo de plus. Elle avait lu pas sur le net pas mal d'histoires de femmes dominant les hommes en combat sexuel. Elle appréciait particulièrement le site de "Diana - The Valkyrie" qui montrait que malgré leur supériorité physique, les hommes étaient plus faibles que les femmes dans ce domaine, car ils restaient toujours dirigés par leur queue. Les vider de leur foutre contre leur gré s'avérait en réalité moins compliqué qu'on ne le croyait généralement. 

Aujourd'hui, elle espérait pouvoir faire aussi bien que ces amazones mangeuses d'hommes pour - paradoxalement - sauver son mec d'un autre mec ! Elle devait absolument remporter ce sexfight. 

Et si la blonde avait retenu quelque chose de ses lectures, c'est que dans ce genre de confrontation, la domination psychologique était au moins aussi importante que l'habileté des doigts ou la séduction d'un corps. 

S'approchant de Paul, elle commença négligemment à jouer avec son sexe encore flasque, et attaqua directement son point sensible : 
"Stan avait raison, elle est vraiment minuscule ta bite ! C'est un avantage pour toi, je n'ai pas l'habitude de jouer avec cette mini taille, quand je compare à celle de ton frère...Mais bon je vais devoir faire avec !"             

Et la bimbo joignit aussitôt le geste à la parole, poussant Paul sur le lit et lui imposant un 69. Pour la blonde, réveiller le petit bout de chair que constituait la bite de l'homo n'était pas un défi bien compliqué. Elle savait que peu importait l'orientation sexuelle, un mec restait un mec, et une bouche chaude, une langue habile avaient toujours raison des réticences de ces messieurs. Enfin, c'est ce qu'elle avait lu chez Diana the Valkyrie ! Jusqu'à maintenant, elle n'avait couché qu'avec des mecs qui ne demandaient qu'à jouir, et hétéros. Un homo faisant tout pour résister à ses charmes, ça promettait d'être plus compliqué. 
 
En bon gay caricatural, Paul avait le sexe entièrement épilé, ce qui facilita la tâche d'Aurélie. Elle commença son offensive en suçant l'une après l'autre les couilles glabres de son adversaire, les faisant rouler délicatement sous sa langue. 

Le frère cadet de son mec se trouvait mal à l'aise dans ce 69. Ne voyant plus le visage de la bimbo, il savait qu'il risquait d'être moins protégé de l'excitation par son homosexualité. Après tout, comme on dit vulgairement, une bouche n'est elle pas une bouche ? L'homo sentait que déjà le sang affluait dans son sexe, et que celui ci se redressait sans même qu'Aurélie ne fasse autre chose que lui suçoter les boules. Bien sûr, cette sensation était agréable. Mais ce qui excitait Paul par dessus tout, c'était de se trouver opposé à la copine de son frère sous les yeux de ce gros macho. Se battre pour conquérir l'exclusivité du corps et du cul de Stan, l'enjeu était de taille, et le pd en était tout émoustillé. 

Aurélie était d'ailleurs surprise de voir à quelle vitesse le modeste membre de son adversaire grandissait. Encouragée, elle commença à polir de sa langue le gland de Paul, tout en le branlant doucement. Avec sa deuxième main, elle continuait à tripoter les couilles que sa bouche avait maintenant délaissées.  

 
Dans ce défi, Paul devait juste se retenir de cracher son sperme pendant 30 minutes. Rien ne l'obligeait à exciter cette bimbo. Pourtant, il savait qu'en restant inerte, il permettait à sa concurrente de se concentrer sur son objectif, et de lui appliquer toutes ses recettes. Et puis, comment un homo pourrait-il mieux lutter contre l'excitation qu'en se forçant à fouiner dans le sexe d'une femme ? Paul se résigna donc, ouvrit avec sa main la chatte d'Aurélie et y introduisit délicatement sa langue en la faisant tourner. Heureusement pour lui, cette dernière était également adepte de l'épilation intégrale, au moins n'avait il pas à supporter l'effet "buisson" qui lui répugnait tant. 
 
Le calcul de Paul s'avéra vitre être le bon : le dégoût lié à l'intrusion de sa langue dans la moule de la blonde réduisit vite son excitation. L'odeur de chatte qui lui emplissait le nez le répugnait également au plus haut point.

Malgré ses efforts, la bimbo sentait le chibre de l'homo ramollir peu à peu dans sa bouche. 5 minutes avaient déjà passé depuis le début du défi, et le 69 ne prenait pas une tournure idéale pour elle. De plus, le cunilingus était vraiment une faiblesse d'Aurélie, et pour un pd, Paul ne se débrouillait pas mal du tout. Son entrainement à bouffer le cul de dizaines de mecs lui avait permis d'acquérir une grande habilité, et sa langue savait envahir un vagin avec la même efficacité. 
 
Pendant ce temps, Stan assistait impuissant à ce duel inimaginable. Bien sûr, il était inquiet quand à l'issue, à la fois parce qu'il ne voulait pas voir sa copine humiliée par son pervers de frère, et aussi pour gagner ainsi enfin sa tranquillité. Mais il était aussi terriblement excité par ce qui se passait sous ses yeux. La vue de cette bataille pour la domination sexuelle avait fait enfler sa queue à tel point qu'elle pointait maintenant nettement sous son léger short. 

 
Paul voyait le militaire subjugué par le spectacle que lui et la bimbo offraient, et cela l'aida encore à dépasser son dégoût. Il décida d'offrir à Aurélie le cuni de sa vie. Sa langue tournoyait maintenant dans tous les sens, et il décida de pousser encore son avantage en commençant à mordiller le clito de la blonde. Même s'il n'était pas expert en ce domaine, Paul savait instinctivement comment donner du plaisir à un adversaire en défi sexuel, et cela valait manifestement aussi pour une fille. Le pd vit rapidement que son offensive ne restait pas sans effet puisque la foufoune mouillait maintenant abondamment. Il sentait aussi le souffle de la copine de son frère s'accélérer. Gonflé et rouge de sang, le clito semblait décidément le bon levier pour activer le plaisir de la bimbo. 

 
10 minutes s'étaient écoulées, et la domination du male sur la femelle était totale. Le sexe de Paul était maintenant recroquevillé comme sous l'effet d'une douche froide, et Aurélie semblait trop entraînée dans le plaisir pour reprendre la main. 
C'est à ce moment là que les yeux dans la vague de la bimbo s'arrêtèrent sur un objet dépassant sous le lit de Paul. En y faisant plus attention, elle réalisa qu'il s'agissait d'un énorme gode en silicone. Aurélie vit rapidement le profit qu'elle pourrait tirer de ce joujou façon matraque...Elle le saisit le plus discrètement possible, puis l'approcha lentement du cul de son adversaire. Et d'un geste sec, sans aucune lubrification, elle le planta droit dans l'anus du petit frère. Manifestement habituée à recevoir les visites de l'objet, la rosette l'avala intégralement sans aucune difficulté. La surprise de Paul était complète et lui fit écarquiller les yeux : 
"Mais qu'est ce que...oh putain, la salope !!"

 
"Eh oui, c'est ça quand on on ne range pas sa chambre Mister Gay ! Il semble que les cartes soient rebattues là, n'est ce pas ?"

 
Et en effet, le combat prit un tour inattendu. Dès l'irruption du gode dans son anus, Paul perçut une sensation habituelle parcourir tout son corps. Une chaude sensation de bien être. Il adorait se sentir plein, et cet objet surdimensionné savait s'adapter à son derrière pourtant accoutumé à recevoir les bâtons des mecs les mieux montés. Quasi instantanément, un afflux de sang regonfla son dard, et Aurélie put reprendre son pompage méthodique. Godé et sucé en rythme, le pd devait bien avouer que, fille ou pas, les sensations procurées étaient délicieuses.

 
Le temps pressant, la bimbo décida d'intensifier sa fellation et offrit à son adversaire une gorge profonde dont elle avait le secret. Entrainée à sucer la tige considérablement plus grande, et épaisse, de son mec, Aurélie ne fit qu'une bouchée du sexe de l'homo. Le gland de ce dernier cognait contre la glotte de sa belle soeur. Nous en étions maintenant à la 15ème minute, et Paul sentait littéralement ses forces s'échapper par le bout de sa queue. Il avait désormais abandonné son cunnilingus, et se laissait envahir par le plaisir. 

 
Soudain, Stan vit le corps de son petit frère se tendre violemment : dépassé par les évènements, Paul était en train de rendre les armes. Le pd sentit ses couilles se contracter, échappant à tout contrôle. Lui qui avait défait des dizaines de mecs virils en combat sexuel perdait pied face à une bimbo...
Le flot de sperme libéré fut tel que le jus crémeux coula de la bouche d'Aurélie, qui ne parvenait pas à avaler tout le débit, mais continuait pourtant à pomper toujours plus vite. Ce n'est qu'au bout de 2 minutes qu'elle s'arrêta, et que les muscles de Paul se relâchèrent.      

 
La blonde ne cachait pas sa fierté d'avoir vaincu son adversaire mâle dans ce premier round : "Alors Petit Paul, ça fait quoi de mordre la poussière pour la première fois, surtout face à une "faible" femme ? Ne t'inquiète pas, je  n'en ai pas fini avec toi, il me reste encore 10 bonnes minutes pour finir de vidanger tes couilles de pervers."

 
Stan aussi exultait. Sa revanche semblait approcher. Il regrettait seulement, en bon macho, d'être ainsi sauvé par sa copine, lui dont le rôle était au contraire de la protéger...Le militaire appréciait aussi le spectacle, comme en témoignait la large tâche sombre qui ornait maintenant son short rempli de precum.        
 
Pourtant la tâche restant n'était pas si simple pour la blonde : le défi n'était gagné que si elle faisait jouir deux fois son adversaire en 30 minutes. Et vidé comme il semblait l'être, le pd risquait d'être difficile à réanimer sexuellement. A genoux sur le lit, les yeux dans le vague, le frère cadet était prostré et semblait attendre la suite des évènements. Aurélie décida donc de recourir à sa technique secrète pour l'achever.  Elle se mit sur le dos et se glissa sous le corps de Paul, jusqu'à ce que ses seins soient à la hauteur de sa queue.
Se saisissant du gode qui l'avait bien aidé, elle l'introduisit à nouveau dans la rosette de son adversaire, provoquant un léger tressaillement. Mais il ne fallait pas compter deux fois sur la même technique. Pour assurer sa domination sexuelle sur le mâle affaibli, elle bloqua sa bite entre ses énormes seins, et commença un mouvement de va et vient énergique. En voyant sa copine entamer cette branlette espagnole, Stan laissa échapper un immense sourire. Il savait que c'était sa botte secrète, et même lui, dont l'endurance était connue, n'avait jamais pu tenir plus de quelques minutes en se faisant ainsi travailler le bâton entre ces seins plus que fermes. 

 
Paul n'avait pas encore débandé complètement après sa première éjac, et le retour du gode dans son cul, comme la sensation de pression sur sa teub eurent vite fait de durcir sa bite au maximum . Encore enduite de sperme, elle coulissait d'autant mieux entre les mamelles rondes comme des fruits murs.
Le pd ne savait plus comment s'en sortir. Son seul espoir était de tenir encore les quelques minutes restantes, et de ne lâcher son jus qu'après le gong final. Il essaya de rassembler ses esprits et de penser pour se remotiver à ce qu'il perdrait en lâchant la sauce trop tôt. Le corps magnifique de son frère Stan serait à lui s'il réussissait à tenir ne serait que ce court laps de temps. Penser à ces perspectives réjouissantes constituait cependant une grave erreur tactique pour le pd pourtant habitué des défis sexuels : loin de le remotiver, elles accroissaient encore son excitation, et c'est désormais une bite dure comme du bois qu'Aurélie manœuvrait entre ses seins.
 
Il restait maintenant 5 petites minutes pour départager la bimbo et le pd. Stan fixait l'heure intensément, alors que la tâche sombre ne faisait que grandir dans son short. Si sa copine remportait le défi, il faudrait vraiment qu'elle s'occupe de de lui...          

 
Dans une tentative désespérée de diversion, Paul imposa un changement de position à Aurélie, retirant sa queue d'entre ses seins et l'introduisant dans sa chatte dégoulinante de mouille. Il se dit que de la même manière que le cuni l'avait aidé à perdre son excitation, le fait pour un pd de pénétrer une fille ne pourrait que le calmer. Et au tout début en effet, il sentit la pression refluer. Mais en bonne bimbo, Aurélie savait se servir de sa chatte pour pousser ses partenaires au bout de l'excitation. En contractant les muscles de son vagin, elle réussit à enserrer comme dans un étau le sexe de son adversaire. Paul, pourtant habitué aux trous du culs - normalement plus serrés que les vagins - avait le plus grand mal à manoeuvrer son pieu. Après 2 minutes il se retrouva même complètement emprisonné. C'est la bimbo, en contractant en rythme son puissant vagin, qui baisait maintenant son adversaire.

 
Mais le temps pressait, le terme des 30 minutes se rapprochait dangereusement. Aurélie n'avait pas cessé de goder le cul de son adversaire pendant qu'elle malaxait son bâton avec sa chatte. Elle espérait trouver sa prostate et l'obliger ainsi à cracher ses dernières gouttes de semence avant la fin du défi. Furieusement, elle agitait donc l'objet dans le fondement de Paul en essayant tous les angles possibles. 
 
Le pd faisait preuve d'une belle résistance dans cette situation. 28 minutes avaient passé, et son expérience des cockfights lui laissait penser que malgré la pression incroyable à laquelle il était soumis, la victoire était possible. Après tout, il avait déjà éjaculé une première fois, et contrairement à son étalon de frère, Paul n'était pas un habitué des orgasmes répétés. Il continuait donc à lutter de toutes ses forces pour remporter ce combat, le sexfight le plus difficile qu'il ait eu à mener jusqu'à présent. Les yeux mi clos de l'homo montraient la concentration extrême qu'il tentait de conserver pour maîtriser les instincts qui risquaient de le submerger à tout moment.  
 
Pour le militaire qui observait la scène, l'excitation était désormais à son comble. Oubliant toute retenue, il avait fini par sortir son sexe de 21 cms, et se branlait avec de grands mouvements en attendant l'issue du défi. Bien sûr, le stress était immense de voir le temps passer sans qu'Aurélie ne parvienne à l'emporter sur son pervers de frère. Mais ce combat d'un nouveau genre dont il était le centre ne pouvait le laisser indifférent. 

 
Une minute seulement restait au compteur. La bimbo perdait espoir de l'emporter, mais continuait courageusement à stimuler Paul par l'avant et par l'arrière. Elle scrutait également son visage pour voir si par miracle une variation dans l'expression du pd pouvait lui indiquer qu'elle avait enfin trouvé son point G. 

 
Et 30 secondes avant l'échéance, le miracle arriva contre toute attente. Paul écarquilla les yeux de manière presque comique, puis ses râles emplirent la chambre. Son corps fut comme parcouru de décharges électriques. L'énorme gode qui lui procurait tant de plaisir tous les jours le trahissait dans ce combat : Aurélie avait fini par trouver le chemin de sa prostate et lui massait délicatement ce point si sensible pour lui...

 
La blonde voulait que sa victoire se déroule au grand jour : elle força le pd à se retirer de sa chatte et laissa sa semence inonder ses seins et son visage, le branlant violemment jusqu'à extraire la dernière goutte. Le sexe de l'homo devient bientôt minuscule, marquant sa défaite définitive.      

Pour Stan, le plaisir était à son comble : lui aussi sentait le sperme affluer dans sa hampe épaisse, et voulait marquer la victoire de sa copine en parachevant l'humiliation de son frère. Il s'approcha donc de lui et laissa son membre massif cracher 6 longs jets de sperme gluant droit sur le visage de son frère vaincu.         

 
Le pd, pourtant adepte de cockfights, avait été vaincu à la loyale par une véritable amazone. Trahi par son cul, Paul devait maintenant honorer sa promesse : sa domination sexuelle sur Stan venait de prendre fin.       

Pour Aurélie, au-delà du plaisir d'avoir lavé l'honneur de son homme, la fierté d'avoir brisé la résistance d'un mec sonnait aussi comme une revanche du sexe soi disant faible. 

 

 

Par Weiduke - Publié dans : Baisé par son frère - Communauté : Espace Gay Sexe
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Calendrier

Septembre 2017
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
<< < > >>

Créer un Blog

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus