Escort boys

Mardi 21 août 2 21 /08 /Août 20:30

ara2   wt12-copie-1

 

Cela faisait maintenant 10 jours que Nicolas avait perdu son cockfight face à Frank. Sa première réaction après sa défaite dans ce défi d'endurance sexuelle avait été de se venger de l'escort : jamais le médecin n'avait été ainsi humilié, et empalé contre son gré sur une queue de 21 centimètres. Mais une idée lui était depuis venue à l'esprit. Pourquoi ne pas faire de Frank un partenaire, et non un adversaire, pour aller plus loin encore dans ses fantasmes ? Pourquoi ne pas payer Frank cette fois-ci non pour l'affronter, mais pour lui demander, en son nom, de défier d'autres escorts présomptueux ?     

Nicolas savait que Frank tirait le diable par la queue au niveau financier avec son poste d'agent de sécurité. Il avait bien accepté de le combattre, lui un mec de 50 ans, alors pourquoi refuserait-il de se mesurer à de jeunes mecs séduisants ? 

Le médecin lui proposa donc ce marché : Frank devait affronter, dans son appartement, un escort choisi par Nicolas. Le but restait le même, faire jouir son adversaire en premier, et remporter ainsi la mise de 4500 euros. Pour le perdant, le gage restait aussi identique : se faire enculer par le quinquagénaire, qui prenait un malin plaisir à choisir des escorts exclusivement actifs, et donc terrorisés à cette idée.         

Le boxeur ne mit pas longtemps à donner son accord. Nicolas se lança donc à la recherche d'un challenger pour son champion, et trouva un candidat sérieux sur un site d'escort qu'il fréquentait régulièrement. Il s'agissait d'un magnifique rebeu bi de 26 ans enregistré malgré son visage d'ange sous le pseudo d'arabfight, qu'il devait à sa pratique assidue de la lutte. Niveau gabarit, le rebeu, qui s'appelait Jamel en réalité, égalait largement Frank, avec ses 85 kilos de muscle pour 1m79. Ses pecs magnifiquement dessinés arboraient un tatouage au dessus du téton gauche, et et ses abdos saillants complétaient un cul à se damner. 

Par ailleurs, Nicolas s'était bien assuré que, comme l'indiquait son profil, Jamel était exclusivement actif.   

Frank et Jamel se retrouvèrent donc pour le défi un samedi soir dans l'immense salon de Nicolas. Dès son arrivée, Jamel se montra arrogant, voulant bien marquer le fait qu'il n'était là que pour prendre l'argent et s'en aller : 
"Alors c'est toi Frank, le mignon du vieux ? ça te fait quoi d'être le bras droit d'un pervers ? Grâce à moi tu pourras bien jouer le passif encore ce soir, ne t'inquiète pas !"

Habitué à monter vite en pression, Frank commençait déjà à s'approcher de Jamel d'un air menaçant, ce qui obligea Nicolas à intervenir

"Du calme les mecs, je sais que vous êtes des combattants tous les 2, mais aujourd'hui le combat, c'est entre vos jambes qu'il va se mener ! On va voir lequel de vous deux a le meilleur contrôle sur ses couilles. En guise d'apéritif, je vous propose une petite branlette mutuelle de 10 minutes, ça vous mettra en jambes pour la suite des festivités..."     

A contre-coeur, mais motivés par le gain, Jamel et Frank retirèrent jeans et caleçons, révélant une anatomie très avantageuse...Le rebeu était toutefois impressionné par les 21 centimètres du boxeur, qui dépassaient de peu son propre instrument. Du côté de Frank, la découverte du sexe de Jamel était une mauvaise surprise : ce dernier était circoncis, et les glands des bites circoncises étant bien moins sensibles, faire cracher son jus au lutteur risquait d'être plus difficile que prévu. 

Pour Nicolas, la fête commençait. Les deux colosses se saisirent chacun du sexe de l'autre et commencèrent à le masturber, chacun avec sa technique. Frank adopta de grands mouvements fermes, massant le sexe du rebeu sur toute sa longueur.  Son adversaire décalotta lui doucement le gland du boxeur, le massant délicatement du bout des doigts. Jamel savait le parti qu'il pouvait tirer du sexe non circoncis de Frank et ne s'en privait pas. Après seulement quelques secondes de ce traitement, il sentait d'ailleurs le sexe de l'hétéro déjà bien gonflé sous ses doigts.  

Le rebeu était un escort habile et expérimenté, au contraire de Frank dont les rares expériences avec des mecs avaient servi à arrondir les fins de mois. Mais Frank restait un pur hétéro, alors que Jamel était bien un bi, qui prenait un vrai plaisir à coucher avec les mecs, particulièrement les mecs musclés comme l'était le boxeur qu'il défiait aujourd'hui. Aussi, si le lutteur avait l'avantage d'être circoncis, il avait par contre le handicap d'être plus sensible aux charmes de son adversaire. 

A la fin des 10 minutes de branlette annoncées par Nicolas, les combattants affichaient de bien belles érections. Toutefois, aucun n'avait encore montré de signe de faiblesse. Les deux hommes se défiaient du regard mais restaient parfaitement concentrés. Le médecin décida donc de passer à la deuxième phase du défi. Jamel et Frank étaient désormais libres d'utiliser tous les moyens à leur disposition pour faire jouir l'autre, hormis la sodomie, privilège réservé à Nicolas. 

Frank passa à l'action en premier en plaquant son torse sculpté contre celui tout aussi massif de son adversaire, pecs contre pecs, en l'enserrant de ses bras musclés. Les veines de ses avant bras semblaient prêtes à exploser sous la pression mise. Jamel ainsi immobilisé dans cet entrelacement de corps, le boxeur entama un véritable massage tétons contre tétons, tout en déposant des baisers le long du cou du rebeu. 

"Tu es sans doute un mec courageux, mais tu n'en restes pas moins un bi. Je sais comment t'exciter, tes muscles ne te sauveront pas de la défaite, bien au contraire... ". Frank ne se trompait pas, les pectoraux de Jamel constituaient bien une des zones érogènes les plus sensibles pour lui. Sentir le torse viril du boxeur, ses muscles fermes contre lui excitait le rebeu au plus haut point. Ces pectoraux poilus le changeait de tous ces mecs efféminés devenus imberbe à force de laser.  Le bâton du rebeu se retrouvait lui coincé contre les plaquettes de chocolat de Frank, qui le branlait au même rythme que ses tétons. 

Après 5 minutes de ce traitement, la situation devenait dangereuse pour l'escort bi. Certes, il faisait toujours bonne figure, et son sexe restait bien sec. Mais ses tétons étaient devenus hypersensibles et gonflés sous les assauts de l'hétéro. Il était temps de les libérer. Jamel utilisa alors toute sa technique de lutteur pour se défaire de l'emprise de Frank. Après quelques instants, il parvint à se libérer. Jouant l'effet de du surprise, il se mit à genoux alors que Frank était encore débout, et enfourna tout entier les 21 centimètres bien raides dans sa bouche. Son visage se colla contre la masse odorante des lourds testicules. Le sexe de Frank était si long que Jamel sentait par moment le gland cogner contre sa glotte. Mais le bi maîtrisait parfaitement sa technique de gorge profonde, et offrit au père de famille la fellation de sa vie. 

Le plaisir ressenti par le boxeur était tel qu'il ne put s'empêcher de pousser un gémissement sous les assauts buccaux du rebeu. Jamais aucune femme ne l'avait sucé comme cela. Aucun mec non plus d'ailleurs....Jamel maîtrisait chaque élément à la perfection : les mouvements de langue, le rythme, la salive qu'il générait pour rendre le pompage plus efficace. Comme hypnotisé, Frank laissait faire son adversaire. Son souffle s'accélérait. Les yeux mi clos, il semblait perdre pied. Des frissons de plaisir parcouraient son corps. Sa main s'égara même sur le crâne rasé du rebeu, accompagnant ses mouvements de tête. 

Nicolas s'inquiétait de voir son ainsi protégé dominé. Il tenta de le reconcentrer en lui rappelant l'enjeu du défi : 
"C'est bien de prendre plaisir à se faire sucer, mais pense plutôt à sauver ton cul, et ton chèque !! Si tu lâches ton sperme dans la bouche du rebeu, tu perds tout !  "    

La perspective de se faire enculer était un puissant repoussoir pour Frank. L'agent de sécurité était un gars simple, mais pour lui virilité et fierté ne faisaient qu'un. Et laisser un mec le prendre par derrière, c'était forcément perdre sa virilité dans sa logique d'hétéro. 

Le bâton de Frank commençait à produire ses premières gouttes de mouille, qui marquaient pour Jamel, dans tous les sens, l'avant goût de sa victoire proche. 

Alors que tout semblait perdu, le boxeur réussit à s'extraire de sa douce torpeur pour passer à l'action. Mobilisant ses muscles pour éloigner fermement le rebeu de sa queue, il l’entraîna au sol et l'obligea à se positionner en 69. La bouche de Jamel reprit rapidement possession du sexe de l'hétéro, et Frank commença à son tour à pomper la tige de son adversaire. Il savait toutefois qu'il risquait de ne pas l'emporter s'il se limitait à ce duel de fellation : le gland circoncis du rebeu lui donnait vraiment un avantage considérable. Frank décida de mener l'offensive sur deux fronts : sa bouche se reporta vers les arrières du lutteur, sa main droite écartant la fesse musclée du rebeu pour lui permettre de débuter un généreux bouffage du cul. Petit à petit, sa langue s'immisça plus profondément dans la raie du lutteur. Sa main gauche prit elle le relais pour branler avec force le membre de Jamel.        

Pour faire bonne mesure, le rebeu compléta lui sa fellation en insérant son index dans le cul de l'hétéro.

Ainsi positionnés, chacun des combattants semblait sûr de tenir la bonne technique pour remporter le combat. Pendant 20 bonnes minutes, léchage de cul et masturbation d'un côté, fellation et doigtage de l'autre se  poursuivirent sans relâche. Ce temps paraissait incroyablement long à Nicolas, qui se disait qu'il aurait eu 2 fois le temps de jouir si on l'avait soumis à ce traitement. D'ailleurs la bite du quinquagénaire se dressait bien droite sous l'effet de l'incroyable spectacle de ces Apollons encastrés l'un dans l'autre.   

Pour Frank, le plus difficile était de résister à la langue experte de Jamel qui titillait son gland sans prendre de pause, puis enfonçait sa matraque jusqu'à la glotte, en la léchant dans toute sa longueur. Par contre son cul restait plutôt insensible à l'intrusion de l'index, qui cherchait en vain la prostate de l'hétéro pour le pousser à la défaite. Du côté du rebeu, la sensation de la langue pénétrant sa rondelle était juste extraordinaire. Chacun des adversaires maîtrisait parfaitement sa technique.

Seule la capacité à se contrôler dans la durée allait faire la différence. Nicolas avait constaté à ses dépens l'incroyable endurance de Frank, qui avait réussi à le battre après un duel acharné. D'ailleurs, c'était grâce à cette même technique de bouffage de cul que l'hétéro lui avait fait mordre la poussière. Mais il n'avait jamais combattu le rebeu, et il était impossible de juger la force sexuelle d'un mec juste en regardant ses muscles. Le médecin avait ainsi déjà défait en quelques minutes gymnastes et autres bodybuilders fiers de leur corps, mais sans aucune capacité à contrôler leurs couilles.  

Sous les assauts de la langue et de la main du boxeur, le corps ciselé du rebeu montrait d'ailleurs des signes croissants d'agitation. Ses doigts de pied commençaient à trembler, trahissant sa difficulté à contrôler ses sensations. Ces premiers signes de faiblesse donnaient plus de courage encore à Frank, et l'aidaient à résister aux sensations délicieuses que faisaient monter dans son bas ventre l'admirable travail du rebeu sur son gland.   
"Alors mon pote, la giclée est proche ? On dirait qu'Arabfight va perdre le combat ?"

"Tu rêves mec !" lui répondit Jamel. "Ma bouche est pleine de ton precum, une queue qui mouille comme ça ne dure pas bien longtemps..."  

En effet, le combat n'était pas encore gagné pour Frank. Pour venir à bout de la résistance de son adversaire, il se mit à alterner bouffage de cul et gobage de couilles, sa bouche malaxant en rythme les noisettes gonflées du rebeu

Le combat s'éternisait. Cela faisait maintenant près d'une demi heure que les deux athlètes s'affrontaient en 69. Et les choses semblaient se compliquer pour le Bi. Malgré son expérience d'escort endurant, Jamel parvenait en effet de moins en moins à gérer son plaisir : ses muscles puissants étaient contractés au maximum, et une fine couche de sueur recouvrait son corps cuivré. Il se savait maintenant proche de l'éjaculation, ses couilles se contractaient de plus en plus, prêtes à décharger leur contenu.

Soudain, alors qu'il avait toujours en bouche la matraque de Frank, son propre sexe s'agita violemment puis explosa entre les doigts du boxeur, qui orienta vers le torse imberbe du rebeu un premier long jet de foutre chaud. Arabfight venait d'être terrassé par l'orgasme le plus intense de sa vie. Pour la première fois, il avait totalement perdu le contrôle sur ses couilles, entre les mains d'un hétéro en plus ! Ses râles marquant à la fois son plaisir et la honte de la défaite résonnèrent longuement dans l'appartement de Nicolas. Frank prit bien soin de purger intégralement les couilles du rebeu, dont les pectoraux et les abdos dessinés se recouvraient progressivement de sperme. A huit reprises la queue du lutteur cracha son jus gluant avant de perdre sa rigidité, sous les yeux ébahis de Nicolas, qui maîtrisait à grand peine sa propre bite dégoulinante de mouille.     

Le rebeu vaincu se devait d'offrir son cul vierge au médecin. Nicolas pénétra avec difficulté l'anus vierge et donc extrêmement serré de Jamel. Le médecin ne mit ensuite que quelques minutes à décharger, son endurance ayant été bien écornée par le spectacle offert. Une quantité incroyable de sperme, proportionnelle au plaisir que le médecin avait pris à observer ce combat de Titans, emplit le rectum de l'escort défait, le trop plein débordant sur ses jambes tremblantes de l'humiliation subie. 

 

 

Par Weiduke - Publié dans : Escort boys - Communauté : exhibition et humiliation
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires
Vendredi 3 août 5 03 /08 /Août 15:06

wt12

 

Will sentait encore la douleur de sa première sodomie. L'escort boy avait perdu son combat contre Nicolas, un de ses clients, qui l'avait défié dans un cockfight. Le jeune homme vigoureux de 19 ans n'avait pas pu s'empêcher de jouir avant son adversaire de 50 ans. 

Bien qu'ayant empoché 4500 euros, le beau blond cherchait à se venger du médecin. Son espoir était de trouver un mec capable d'écraser celui qui l'avait humilié. En croisant Frank, une vieille connaissance, à la salle de sport, Will se dit qu'il avait trouvé le profil idéal. Frank était un boxeur hyper viril, plus âgé que Will (29 ans contre 19), et parfaitement hétéro. Déjà père de deux enfants, Frank vivait mal de son poste d'agent de sécurité, et n'hésitait pas à sucer un mec de temps à autre pour arrondir les fins de mois. Il accepta donc que Will organise un combat sexuel entre lui et le médecin qui avait défait son pote.       

Toujours à la recherche d'un beau gars à qui se mesurer, Nicolas accepta immédiatement de rencontrer le boxeur. Le lendemain soir, Frank sonna donc à sa porte. Dès l'entrée, il fut frappé par le luxe de l'appartement du chirurgien. Il voulait surtout s'assurer de pouvoir gagner autant d'argent que son pote Will, mais en remportant la victoire bien sûr...

"Je veux les mêmes conditions que Will mec, 4500 euros pour jouer à ton petit jeu, et le premier qui réussit à faire jouir l'autre a gagné, c'est bien ça ?"

Nicolas confirma les conditions, en lui rappelant aussi le gage du perdant
"C'est ça, mais n'oublie pas que si je fais gicler ta semence en premier, ton cul m'appartient...entièrement"

Frank répondit avec arrogance
"Ok, mais n'y compte pas trop mec...Will est sympa, mais il est jeune et un peu fiotte, je suis un père de famille moi, je fais ça uniquement pour l'argent. Jamais tu ne me feras perdre le contrôle de mes couilles"

Le boxeur enleva alors son t-shirt pour se préparer à la confrontation. Nicolas fut saisi par son torse, pas un torse de minet bodybuildé et imberbe, mais un torse de vrai mec, velu, puissant, et bien sec. Mais le plus impressionnant étaient les bras du boxeur, massifs, et dégageant une force incroyable. Ces bras qui avaient dû abattre bien des adversaires sur le ring.      

Avant de se dévêtir lui aussi, le chirurgien proposa à Frank de lancer le combat en 69, chacun suçant l'autre. Le boxeur aurait préféré une branlette mutuelle, moins dérangeante pour un hétéro, mais accepta pour montrer qu'il ne craignait rien face à ce vieil amateur de gigolos. 

Nicolas emmena Frank dans sa chambre, et aida son adversaire à retirer le jean qui moulait si bien ses fesses musclées. Il enleva son peignoir à son tour, et les deux combattants prirent place tête bêche sur l'immense lit du médecin, chacun faisant face à la queue de l'autre. Les adversaires arboraient déjà une bonne gaule, excités par le combat à venir. 

Le chirurgien se régalait d'avance. La bite du boxeur était véritablement incroyable, elle dépassait celle de Will de 5 bons centimètres ! Une vraie queue de porn star, joliment courbée de plus. Nicolas l'enfourna sans plus tarder, goulûment, mais sans réussir malgré son appétit à avaler tout entier ce monstre de 21 centimètres !  
A l'autre bout du champs de bataille, Frank s'affairait déjà sur le sexe de son adversaire. Sans précipitation, il lubrifiait à petits coups de langues le gland rose déjà bien gonflé. Frank n'avait pas autant l'habitude que Will de faire le gigolo, mais il avait quand même développé une bonne expertise. Sa grande force était de prendre tout son temps pour faire monter le désir chez l'autre, sûr qu'il était de sa capacité à maîtriser ses propres sensations et à éjaculer presque sur commande.  

Nicolas en restait lui à sa technique de gorge profonde, gêné toutefois par la taille du dard du boxeur. Il pompait en cadence, avec entrain, mais sans réussir à pousser ses lèvres jusqu'à la base du sexe. 

Frank ne se contentait pas d'exciter le médecin avec ses caresses buccales. Il connaissait aussi le pouvoir des mots, et commença à provoquer Nicolas.

"Quand j'aurai fait couler ton jus dans ma bouche vieux mec, je planterai mon bâton dans ton cul, et tu vois la taille qu'il a ?? Prépare toi à pleurer, ça t'apprendra à provoquer des mecs bien plus costauds que toi dans tes défis de détraqués".

Le chirurgien n'avait pas l'habitude de se faire ainsi menacer, et la perspective de se faire enculer par le monstre qu'il était en train de sucer ne l'enchantait que moyennement...Nicolas était avant tout actif, et même si son rectum avait déjà accueilli des tas de bites, aucune encore de cette taille n'avait franchi ses sphincters. En vérité, il se demandait même si cela était possible sans dommage physique pour lui. Et cette pensée l'excitait autant qu'elle l'effrayait. 

5 minutes après le début du challenge, Nicolas n'était pas aussi à l'aise que dans ses précédents défis. Ce n'est pas que Frank ne lui plaisait pas. En fait il lui plaisait beaucoup trop. Les gigolos qu'il avait l'habitude de défier étaient souvent des mecs un peu artificiels, passant leur temps à la musculation. Le boxeur affichait lui une beauté brute, sauvage, troublante. Et il suçait divinement bien en plus !  

Une sensation étrange montait directement des couilles au cerveau du chirurgien, une sensation terriblement agréable mais qui sentait aussi la perte de contrôle et la défaite.   
Il était temps pour Nicolas de passer à la vitesse supérieure. La queue monstrueuse de Frank étant impossible à pomper entièrement, il décida de la branler à deux mains, tout en jetant de temps à autre un petit coup de langue sur le gland turgescent. Le boxeur sentit tout de suite la différence. Le chirurgien savait branler un mec, ça se sentait. 

Frank sentait à son tour le plaisir monter dans son bas ventre. Ses certitudes vacillaient alors que Nicolas accélérait sans cesse le va et vient de ses mains expertes sur son membre. Pour se donner du courage, le boxeur pensait à ses enfants et aux vacances qu'il pourrait se payer avec cet argent. Mais il voulait absolument éviter l'humiliation d'une sodomie par ce vieux mec.

Le boxeur se résolut alors à changer lui aussi sa technique, et cessa de travailler la bite du chirurgien pour s'intéresser à ses arrières. Malgré le dégoût que cela lui inspirait, la langue de l'hétéro se mit à caresser la rosette soigneusement épilée de Nicolas. Le médecin ne croyait pas ce qu'il ressentait. Jamais il n'aurait pensé qu'un boxeur viril et complètement hétéro accepterait de faire un anulingus pour remporter son défi. Instinctivement, Nicolas écarta les jambes pour offrir tout entier son trou à la bouche de Frank. Branlette contre bouffage de cul, les techniques étaient bien différentes, et Nicolas espérait pouvoir tenir la distance grâce à son expérience de ces défis et à l'habileté de ses mains. Nombreux étaient les hétéros arrogants qui avaient essayé de retenir leur sperme pour échapper à la sodomie mais avaient fini par craquer devant son expérience.          

20 minutes après le début du combat, Frank avait de plus en plus de mal à lécher le cul du médecin, mais en boxeur habitué à souffrir il tenait le coup pour sauver son honneur...et surtout son propre derrière !  Il sentait la résistance de Nicolas faiblir. Voir un père de famille viril lui offrir le bouffage de cul de sa vie était quelque chose d'incroyable pour le médecin. 

Pour hâter la fin, Frank se mit à branler la queue de Nicolas tout en continuant à lui pénétrer le trou du cul de sa langue habile. Le boxeur utilisa sa meilleure technique de masturbation : il frotta de la paume de sa main le gland luisant de mouille de son adversaire, avec une lenteur insoutenable, tout en lui massant les couilles. Les yeux de Nicolas exprimèrent à la fois son plaisir intense et sa surprise de voir cet hétéro si expert en branlette de mec. Au-delà du mouvement, c'est surtout le rythme que Frank maitrisait parfaitement : il savait amener le médecin au bord du précipice, et ralentir au dernier moment le mouvement pour empêcher son foutre de jaillir. 

Frank ne voulait pas seulement gagner maintenant, il voulait humilier ce médecin qui pensait pouvoir le sodomiser. Emporté par le plaisir, Nicolas ne parvenait plus à s'occuper de la tige de son adversaire, et attendait la défaite, en suppliant maintenant le boxeur de le laisser éjaculer. Son corps ondulait au rythme de la langue et de la main de Frank. Le precum dégoulinait de sa bite en flot ininterrompu, c'était à se demander si une éjaculation serait bientôt encore nécessaire...

Après avoir infligé près d'un quart d'heure de ce supplice à Nicolas, le boxeur décida de porter le coup de grâce à son adversaire. Il cessa ses attouchements subtils sur le gland du médecin pour le branler franchement, avec de longs mouvements rapides. Quelques secondes plus tard, ce dernier poussa un cri de stupeur et 4 longs jets de crème blanche recouvrirent le torse sculpté du boxeur. 

Pour la première fois, un hétéro avait réussi à traire le médecin. Le boxeur réclama son dû, et empala Nicolas sur son immense sexe, avant de le limer quelques minutes puis de lui remplir le rectum de son foutre. Hurlant de douleur lors de la pénétration, le médecin jura de trouver, à son tour, le moyen de se venger.     

 

Par Weiduke - Publié dans : Escort boys - Communauté : exhibition et humiliation
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Vendredi 3 août 5 03 /08 /Août 15:05

wt56.jpg

Will était escort boy depuis quelques mois déjà. Ce beau blond de 19 ans, le corps façonné par des heures en salle de sport, avait comme beaucoup choisi la facilité pour se faire un peu d'argent de poche. Venant d'un milieu modeste, Will devait travailler pour financer ses études, et travailler au McDo n'était pas trop son truc. Pourquoi passer des heures à servir des hamburgers quand son corps et sa bite pouvaient lui ramener en quelques heures plusieurs mois de salaires de serveur ?

Bien qu'hétéro, l'athlète blond avait vite accepté de prendre des clients mecs. D'expérience, cette clientèle était bien plus nombreuse et payait mieux ses services que les rares femmes qui avaient recours aux escorts. 

Sa belle frimousse et son corps parfait faisaient des ravages, notamment auprès d'une clientèle de quadra et de quinquagénaires. Peu importait à Will d'ailleurs l'âge de ses clients, et de plus les vieux rémunéraient mieux que les jeunes. Will n'avait qu'une seule limite, et sa page internet l'indiquait clairement : pas de sodomie passive pour lui. Enculer ne le gênait pas, un trou est un trou, alors pourquoi ne pas limer des culs de vieux contre plusieurs centaines d'euros ? Par contre, ses propres fesses étaient interdites d'accès. Ce n'était pas négociable.   

Ce soir là, Will était allé, comme souvent, retrouver un client dans les beaux quartiers de l'ouest parisien. L'homme lui ouvra la porte en peignoir, et lui dit s'appeler Nicolas. L'appartement était magnifique, spacieux et meublé avec goût.   

L'escort souleva rapidement son t shirt et laissa son client admirer ses pectoraux magnifiques, en guise d'amuse gueule. Nicolas apprécia le spectacle, mais enchaîna en posant quelques questions inattendues au jeune éphèbe.

"Tu prends bien 1500 euros pour la nuit ?" demanda Nicolas

"Clair, pas un euro de moins !" répondit Will

"Je triple la mise si tu acceptes un petit pari contre moi...Tu connais les cockfights ?  "

"Pas du tout" répondit le blond

"C'est un défi pour voir quel mec sait le mieux contrôler ses émotions. Chacun branle l'autre, ou le suce, au choix, et le premier qui jouit a perdu"

"Si j'accepte de jouer à ton petit jeu, tu me donnes 4500 euros, c'est ça ?!? Tu es blindé dis-moi, tu fais quoi comme job ? C'est pas des promesses en l'air au moins ??" demanda le blond interloqué 

"Exactement, 4500 euros. Et je suis chirurgien, t'inquiète pas, la thune, je l'ai " répondit Nicolas. "Mais si tu perds...tu devras accepter que je prenne possession de ton beau petit cul et que je t'encule, même si ton profil précise bien que tu n'aimes pas ça"

Will était saisi par cette proposition. 4500 euros, ça ne se refusait pas comme ça. Quelles vacances incroyables il pourrait se payer ! En même temps, la perspective de prendre une bite dans le cul lui était insoutenable. Oui mais, s'il gagnait, pas de queue au derrière. Et franchement ce Nicolas devait bien avoir dans les 50 - 55 ans. Un mec de cet âge là est si content de baiser avec un jeunot qu'il mouille dès l'ouverture de la porte de son appartement...Et Will savait qu'il avait un très bon contrôle sur ses couilles. Toutes ses copines connaissaient la longévité de l'athlète dans ses nombreuses parties de baise hétéro. Alors être forcé de jouir par un vieux, c'était pas demain la veille.

"J'accepte le défi !" lança Will à Nicolas. "Tu es sûr de toi ? Tu as peu de chance de gagner tu sais, je suis très endurant"

"Pas de souci" répondit Nicolas, "je prends le risque, c'est le jeu".   

Nicolas enleva son peignoir, révélant un corps mince, poilu, et pas vraiment athlétique. Sa queue était d'une taille moyenne. 

En face, Will fit tomber son jean d'un geste leste, et ôta son caleçon, révélant son insolente beauté. La bite de l'athlète présentait de belles proportions, rien de monstrueux toutefois. Et à l'inverse de Nicolas, Will affichait un sexe et des couilles complètement lisses, sachant que cela plaisait à ses clients.

Le chirurgien bandait déjà à la vue de ce spectacle, ce qui rassura Will sur sa supériorité dans le défi à venir.

Les deux adversaires se rapprochèrent, et se saisirent de leurs bites respectives. Will agita frénétiquement le bras pour en finir le plus rapidement possible. La perspective du magot à empocher lui donnait encore plus de vigueur. De son côté, Nicolas décalotta le gland du blond et commença de petits massages délicats pour ramener à la vie son sexe encore flasque. En à peine une minute, Will afficha une belle érection. Le chirurgien savait y faire en massages.   

A cet instant, Will se dit qu'ils étaient vraiment cons tous ces mecs qui travaillaient dans les fast food pour 3 fois rien...4500 euros pour faire jouir un mec de plus de deux fois son âge ! L'aubaine. 
    
Pour exciter encore plus son vieux riche, Will commença à titiller ses larges tétons musclés de sa main libre.  Il savait que la seule vue de ses pecs suffisait à faire jouir certains clients, et il comptait mettre tous les atouts de son côté pour sécuriser son magot. 

Nicolas riait intérieurement de voir la mine sereine de son jeune adversaire, décidé à gagner rapidement et à partir les poches pleines et le trou du cul indemne. Certes, Will était très séduisant : son corps imberbe, bien musclé mais proportionné, ses abdos secs, ses jambes puissantes, ne le laissaient pas indifférent. 

Pourtant, le le chirurgien savait parfaitement ce qu'il faisait. Le cockfight était un vrai hobby pour lui, et il avait déjà eu l'occasion de mesurer sa force sexuelle contre plusieurs petits jeunes arrogants. Lors de ces confrontations, Nicolas avait pu vérifier sa capacité à maîtriser ses émotions, y compris devant les mâles magnifiquement bien foutus qu'il attirait chez lui. Beaucoup d'actifs sûrs d'eux étaient repartis penauds à l'issue du défi, la queue molle et le derrière rempli de foutre.   

Will branlait toujours à vitesse soutenue le membre du chirurgien. Les veines de son avant bras musclé étaient gonflées par l'effort. Le blond n'était pas un as de la masturbation à vrai dire, il était le genre d'escort qui comptait avant tout sur son physique d'apollon pour exciter ses clients.  Et il fallait avouer que cela marchait parfaitement. Mais là il s'agissait d'un défi, et contrairement à ses clients habituels, celui ci faisait tout pour résister à la montée du plaisir.   

Aussi, après près de 20 minutes de branlette à haute vitesse, Will ne comprenait pas que son adversaire soit toujours aussi stoïque. Bien sûr, Nicolas bandait à mort, mais il paraissait encore bien loin de jouir.  Il n'avait pas ce regard un peu perdu qu'ont les mecs lorsque le plaisir commence à les submerger. 

L'escort commençait à fatiguer de l'avant bras et n'arrivait plus à maintenir son rythme. Surtout il sentait le plaisir monter du côté de ses propres couilles. Et comme la perspective de se faire déflorer le derrière ne l'enchantait pas du tout, Will proposa à Nicolas un petit changement de perspective...

"ça te dirait un 69 mon beau ? je suis un suceur hors pair, tu m'en diras des nouvelles"

Le chirurgien savait que cette proposition était une preuve de la peur de Will de ne pas réussir à gagner leur concours de branlette. En même temps, le 69 lui allait très bien aussi. Il aimait sentir sa bouche se remplir du jus de ses adversaires vaincus. Il accepta donc la proposition de l'escort.

Tête bêche sur le lit king size, Will et Nicolas s'engagèrent donc dans un 69 d'anthologie. Will faisait preuve de beaucoup plus de délicatesse dans la fellation que dans la branlette...La bite de Nicolas était prise dans une vraie gorge profonde, et la langue de l'éphèbe caressait délicieusement toute la longueur de sa verge. Le chirurgien n'en croyait pas ses yeux : comment un hétéro pouvait avoir développé une telle technique de fellation ?? De son côté, Nicolas travaillait surtout le gland de son adversaire, à petits coups de langue. A sa grande satisfaction, il voyait d'ailleurs le précum du blond commencer à se mêler à sa salive. Ce signe montrait que l'éphèbe avait déjà atteint un niveau d'excitation important : la branlette l'avait manifestement atteint plus qu'il ne le montrait. 

Cependant, Nicolas n'était pas sûr de pouvoir longtemps maintenir son avance. L'escort lui offrait véritablement la pipe de sa vie. Avec une énergie démultipliée par la peur de se faire enculer, l'escort alternait de longues, très longues sessions de gorge profonde avec des incursions de la langue vers l'anus du médecin. Cette stimulation à plusieurs niveaux commençait à atteindre les défenses de Nicolas. Jamais il n'avait vu un avaleur de queue avec un tel talent. Les muscles du blond ondulaient au rythme de ses mouvements de tête, et Nicolas était obligé de reconnaitre qu'il avait rarement vu d'aussi belles jambes, finement sculptées. 

De son côté, Will reprenait confiance. Occupé à cajoler la queue et la rosette de son adversaire, il en oubliait même un peu le travail que ce dernier exerçait sur sa propre bite. Pour lui la logique reprenait son cours : un mec de 19 ans devait logiquement réussir à faire cracher son jus à un vieux mal foutu, quand même !

La situation devenait urgente pour Nicolas. Il sentait que du precum commençait à suinter de son gland boursouflé, pompé de manière incessante par l'escort. Son avance avait complètement fondu, le duel se resserrait. 

En regardant les couilles rasées du blond, le chirurgien pensa alors à une technique qu'il n'avait pas encore utilisée, et qui marchait bien avec les mecs aux boules glabres : le bouffage de couilles. Ouvrant grand la bouche, Nicolas réussit à gober littéralement les bourses de Will. Ayant ses couilles bien en bouche, il faisait rouler chacun des testicules sous sa langue avec une délicieuse délicatesse...Will n'avait jamais rien senti de tel ! Après 5 minutes de travail de la bouche par le chhirurgien, le plaisir était tel chez l'escort que les yeux lui sortaient véritablement de la tête. Il n'arrivait plus à poursuivre son exercice de gorge profonde. L'air semblait lui manquer, le plaisir l'envahissait tout entier. 

Pendant que Nicolas continuait à s'occuper des couilles du blond, la bite de l'escort montrait des signes d'excitation de plus en plus évidents. Des flots de mouille jaillissaient maintenant de son gland et coulaient le long de la verge jusque dans la bouche du chirurgien. Will regrettait de s'être rasé les couilles, avec des poils, son client n'aurait pas réussi une telle mise en bouche de ses boules. Ce paquet imberbe qui avait excité tant de mecs risquait maintenant de causer sa perte, et celle de son trou du cul vierge surtout.

Nicolas sentait que le dénouement était proche, la bite gluante de Will frétillait presque de plaisir. Pour le feu d'artifice final, il voulait avoir le bâton du blond à nouveau dans sa bouche. Il cessa donc de s'occuper de ses burnes et retourna lui sucer le gland avec vigueur. Déjà au bord du précipice, Will sentit au bout de 2 minutes de ce traitement tout contrôle lui échapper. Sa bite s'agita violemment, et son jus envahit la bouche du chirurgien qui avala jusqu'à la dernière goutte du lait gluant.
L'éphèbe avait les yeux horrifiés, et poussa un cri de rage plus que de plaisir.  Cet orgasme ne lui procurait aucune joie car il lui avait été extorqué par un mec plus fort et plus habile que lui. Et surtout, son cul lui faisait déjà mal à la perspective de se faire pénétrer pour la première fois.  

Une nouvelle fois victorieux de ce défi d'endurance sexuelle, Nicolas rappela à Will son engagement. Pour 4500 euros, l'escort ne se sentait pas refuser d'honorer sa promesse. Il pensa à ce qu'il pourrait s'offrir avec, se mit à quatre pattes sur le lit, et serra les dents. Avec toute la douceur possible, Nicolas pénétra alors Will et lui fit vivre sa première expérience de passif. 
Par Weiduke - Publié dans : Escort boys - Communauté : Espace Gay Sexe
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Présentation

Recherche

Calendrier

Octobre 2017
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
<< < > >>

Créer un Blog

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus